L’anti-sexisme fait son cinéma

Mise à jour du dimanche 23 septembre 2018 : Conformément à ce qu’elle avait promis au début de l’année sous la pression des revendications du beau monde cinématographique, la ministre de la culture Françoise Nyssen a annoncé cette semaine la mise en place d’un bonus de 15 % à partir de 2019 pour les productions « exemplaires en matière de parité » hommes femmes. Vous voyez la dérive constructiviste et idéologique : faites comme on vous dit et vous aurez une récompense. Retour sur l’affaire :

Mais où se cachent donc les femmes ? Tout le monde sait qu’elles représentent 50 % de la population mondiale et pourtant, aucune d’elles ne faisait partie de la sélection pour le Grand Prix de la BD d’Angoulême en 2016, une seule (Jane Campion) a obtenu la Palme d’or à Cannes depuis le début de ce festival et – comble de l’horreur absolue – parmi tous les milliardaires recensés par Oxfam dans sa dernière étude, neuf sur dix cumulent l’odieux privilège d’être hommes et riches ! Lire la suite

Discrimination positive et conséquences négatives

Les compléments et mises à jour sont en fin d’article.

En ce début d’année 2016, deux événements artistiques de grande renommée relancent le difficile débat sur la discrimination des personnes et sa solution par la discrimination positive. Le 43ème Festival international de la BD d’Angoulême, qui va se tenir du 28 au 31 janvier prochains, a publié la sélection des trente auteurs pouvant prétendre à son Grand Prix : horreur, pas une seule femme dans la liste ! Et à Los Angeles, l’Académie organisatrice de la cérémonie des Oscars programmée le 28 février a versé dans les mêmes excès en n’incluant aucun acteur afro-américain parmi les nominés. Lire la suite