Et les nouvelles matières de l’univers s’appellent …

AVANT DE COMMENCER L’ARTICLE, MENTION SPECIALE ORLANDO :
♥ ♥ On peut mourir parce qu’on est gay. On le savait, certains pays ne sont pas tendres avec les homosexuels. Mais avec la boucherie d’Orlando (nuit du 11 au 12 juin 2016), c’est une gradation de plus qui est atteinte dans l’intolérance et l’horreur. Je m’associe à la douleur des Américains et à la peine des familles des victimes. Je prie pour que chacun puisse vivre sa vie comme il l’entend sans être exclu de la dignité humaine, même si ce n’est pas exactement la vie de tout le monde.
Que l’assassin, un américain d’origine afghane, ait agi de sa seule initiative, ou que ce soit le résultat d’un acte terroriste d’inspiration politique plus large – l’attentat a été revendiqué dans la soirée par Daesh -, l’Occident est une fois de plus confronté aux ennemis de la société ouverte. Savoir se défendre sans se fermer et devenir comme eux, voilà l’enjeu tellement difficile qui nous attend. Je prie pour qu’on sache trouver le bon chemin.
 ♥ ♥


J’ai eu l’occasion de présenter brièvement le Tableau périodique des éléments, aussi appelé Table de Mendeleïev, dans un précédent article consacré à la matière de l’univers. J’y indiquais que ce tableau comportait à ce jour 118 éléments. Information parfaitement exacte, mais qui mérite cependant quelques développements complémentaires. En effet, les quatre éléments découverts le plus récemment, qui permettent de compléter la 7ème période (ou ligne) du tableau, ont été validés par les autorités internationales de physique et chimie en décembre dernier, et c’est seulement la semaine dernière, le 8 juin 2016, qu’ils ont été officiellement dotés de symboles et baptisés des doux noms de Nihoniun (Nh), Moscovium (Mc), Tennessine (Ts) et Oganesson (Og). D’où sortent-ils ? Va-t-on en découvrir encore beaucoup comme ça ? Essayons d’en savoir plus. Lire la suite

Dans la matière de l’univers

Dans un précédent article intitulé Dans la courbure de l’univers, je me suis livrée à une présentation partielle du récent livre du physicien Christophe Galfard L’univers à portée de main(*), en m’intéressant plus particulièrement à l’espace et au temps dans leurs dimensions infiniment grandes et infiniment rapides : soleil, galaxies, théorie de la relativité restreinte et théorie de la relativité générale. Je propose maintenant d’en continuer la lecture en descendant le plus loin possible dans la matière, c’est-à-dire dans l’infiniment petit, c’est-à-dire dans le monde « quantique. » Lire la suite