SAINTE-SOPHIE : Erdogan se prend encore pour le grand sultan

L’ancienne basilique orthodoxe Sainte-Sophie d’Istanbul, devenue mosquée en 1453 à la chute de l’empire byzantin puis transformée en musée religieusement neutre en 1934 par le premier Président de la Turquie moderne Mustapha Kemal Atatürk, est de nouveau consacrée au culte musulman. Ainsi en a décidé le Président turc Recep Tayyip Erdogan le 10 juillet dernier, pour la plus grande satisfaction des nationalistes et des fondamentalistes religieux qui forment le noyau dur de son électorat. Lire la suite

La Turquie fait parler d’elle, alors parlons de la Turquie (II)

Cet article fait suite à La Turquie fait parler d’elle, alors parlons de la Turquie (I) publié le samedi 18 mars 2017.

La Turquie fait beaucoup parler d’elle. Pas toujours en bien, car sa propension à l’invective envers les Européens a pris des proportions inégalées ces derniers temps suite au refus de l’Allemagne et des Pays-bas d’accepter la tenue de meetings électoraux turcs sur leur sol. Le Président turc Erdogan a en effet organisé pour le 16 avril prochain un référendum sur un projet de modification constitutionnelle en sa faveur. Les résultats s’annoncent serrés et le poussent à faire bruyamment campagne jusque dans la diaspora turque d’Europe de l’ouest.

Lire la suite

La Turquie fait parler d’elle, alors parlons de la Turquie (I)

Mise à jour du mardi 16 octobre 2019 : Alors qu’Erdogan se retourne contre les Kurdes – ce qui était très prévisible compte tenu de ses objectifs et de ses déboires électoraux qui l’incitent à chercher un bouc-émissaire extérieur – je vous propose de relire ma « Trilogie d’Istanbul » (Premier article ci-dessous et liens pour la suite dans les articles) :

La Turquie fait beaucoup parler d’elle ces derniers jours. Pas vraiment en bien, car traiter l’Allemagne et les Pays-Bas de « vestiges du nazisme », leur promettre des « guerres de religion » et proclamer ouvertement « honte à l’Union européenne », n’est certainement pas une attitude susceptible d’amadouer les Européens, surtout quand ces propos d’une grande modération sont tenus par le ministre des Affaires étrangères et le Président Erdogan lui-même.  Lire la suite