Propriété & Responsabilité : des Solutions pour la France (II)

Article I :      Mise en place du décor (22 sept. 2019)
Article II :   Application à certains patrimoines culturels et naturels 
(23 sept. 2019)

Cet article est la seconde partie de mon intervention à la Xème Conférence de la Liberté organisée du 20 au 22 sept. 2019 par le Cercle Frédéric Bastiat. J’ai intercalé dans le texte les diapositives de mon diaporama (première partie ici).

Il y sera question du grand bazar qui règne dans les greniers de l’Etat et de la « tragédie des biens communs ». Mais pas de panique ; les guéridons Empire, les rhinocéros et les abeilles (par exemple) étant des vaches comme les autres, il est bien possible que le droit de propriété et le libre jeu du marché puissent les sauver ! Lire la suite

Comment le capitalisme a sauvé les abeilles (II)

Cet article est la suite de Comment le capitalisme a sauvé les abeilles (I) publié avant-hier sur ce blog. Il raconte comment les abeilles sont parvenues à surmonter tous les dangers qui les guettaient grâce aux efforts des apiculteurs et grâce au vaste marché de la pollinisation. Lire la suite

Une autre écologie est possible ! (III) Et les abeilles ?

Article écrit en commun par          h16 et Nathalie MP.

Et les abeilles ? Vous y pensez, vous, aux abeilles ? Non ? Eh bien vous devriez ! Parce que d’après Ségolène Royal le 13 avril dernier sur I-télé, « les Français ont envie de revoir des papillons et des abeilles. » Pour la ministre de l’Écologie, des Petits Oiseaux et des Petites Abeilles, il semble en effet que ces dernières aient disparu. Plus exactement, Ségolène explique, en vrac, la situation ainsi :

« (ces abeilles) ont dramatiquement disparu et qui sont en voie de réduction dramatique parce que c’est ce qui porte atteinte à la pollinisation. » 

Lire la suite

La vie rêvée de Ségolène Royal, ministre durable de son développement personnel

Les mises à jour sont en fin d’article.

Quoi qu’on pense de la Loi Santé ou de la grève à Radio France, on ne doute pas un instant que les ministres en charge de ces dossiers sont actuellement au charbon et n’ont pas du tout l’esprit à la plaisanterie, à la poésie ou à la rêverie. Ni à l’auto-satisfaction, pour l’instant. On est vraiment désolé pour Marisol Touraine et Fleur Pellerin qui sont en train de réaliser que la vie de ministre peut être terriblement dure et ingrate, qu’il faut travailler du matin au soir et que tout le monde ne se déclare pas forcément tout acquis aux projets défendus par le gouvernement.  Lire la suite