Julien Coupat et les aventuriers de « L’insurrection qui vient »

Mise à jour du jeudi 12 avril 2018 : Comme on pouvait s’y attendre, faute de preuves, Julien Coupat et sa compagne ont été relaxés. Le mystère des sabotages de TGV reste entier.

On les avait complètement oubliés et l’affaire semblait définitivement classée ou enterrée ou abandonnée. Mais non, les militants d’extrême-gauche du groupe de Tarnac sont revenus cette semaine en Une de nos journaux car huit d’entre eux, dont leur chef Julien Coupat, comparaissent depuis mardi 13 mars 2018 devant le tribunal correctionnel de Paris pour « association de malfaiteurs » après le sabotage de lignes de TGV en novembre 2008.  Lire la suite

Loi Travail : Hollande s’est-il tiré une balle dans le pied ?

contrepoints-2Mes deux derniers articles consacrés à la situation intérieure de la France remontent à plus de trois semaines. Après avoir pris quelques chemins de traverse, je braque à nouveau mon regard sur la politique française et j’observe avec inquiétude que non seulement rien n’a changé depuis, mais qu’au contraire tout a empiré, tout a dégénéré, tout est parti en vrille. Comme je n’y décrivais pas le moins du monde une situation idyllique, ni même à peu près paisible, imaginez où nous en sommes aujourd’hui ! Et dans ce contexte qui semble complètement hors contrôle, qui voit pratiquement tous les Français, pour des raisons différentes, se liguer contre le gouvernement, François Hollande s’imaginerait pouvoir être réélu en 2017 fingers in the nose ? De plus en plus difficile à croire. Lire la suite

Les aventuriers de « L’insurrection qui vient »

Cet article de mai 2015 a été complété et mis à jour dans l’article « Julien Coupat et les aventuriers de « L’insurrection qui vient » daté du 16 mars 2018.

On les avait complètement oubliés et l’affaire semblait définitivement classée ou enterrée ou abandonnée. Mais non, le groupe de Tarnac et son chef Julien Coupat sont revenus hier en une de nos journaux. On était resté sur l’idée que toute l’affaire des « terroristes » de Tarnac avait été complètement montée en épingle par la précédente majorité et que, devant la faiblesse des preuves, l’obstination à poursuivre consistait avant tout à ne pas décrédibiliser l’accusation.  Lire la suite