Baroud syndical, violence sociale et place de l’Etat

—->  Cet article a également été publié le vendredi 9 octobre 2015 sur    Logo CP

Nous vivons dans un pays, la France, à haute teneur étatique et à haute teneur protectrice. Ce n’est donc pas un hasard si le candidat de droite favori pour 2017, Alain Juppé, n’a de cesse de mettre en avant l’importance d’un Etat fort et protecteur des Français. Il sait que ce discours ouaté et formaté va rencontrer l’assentiment de la plupart des sensibilités politiques qui traversent l’opinion, laquelle n’imagine pas une seule seconde qu’on puisse sérieusement envisager de l’arracher à la tutelle de l’Etat qui paye au-delà de quelques minimes arrangements « macroniques ». Dans ces conditions, on pourrait s’imaginer que chez nous tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Or les violences qui ont bousculé le Comité central d’entreprise d’Air France lundi 5 octobre 2015 dernier viennent brouiller la belle image libertaire, égalitaire et fraternitaire d’une République à la fois dorlotée et apaisée.  Lire la suite

Un peu d’histoire d’Air France

Mise à jour du samedi 16 janvier 2016 : Après le Comité central d’entreprise (CCE) mouvementé du 5 octobre dernier et l’arrivée de Gilles Gateau comme nouveau DRH (ex-directeur de cabinet adjoint de Manuel Valls à Matignon), le CCE d’hier, plus calme, a confirmé les grandes lignes du plan Perform (voir dans l’article ci-dessous) incluant 1000 départs volontaires en 2016, et un plan de croissance en 2017 à condition que des efforts de productivité soient réalisés. Tout l’enjeu de long terme consiste en effet à ne pas se contenter du redressement des comptes rendu possible par la baisse du prix du pétrole, mais à se rapprocher des niveaux de compétitivité des grands concurrents européens, Lufthansa et British Airways. Reste à savoir ce que les syndicats, plutôt rassurés par le nouveau DRH, en penseront.


—->   Cet article a également été publié le lundi 5 octobre 2015 sur     logo-cp

« Faire du ciel le plus bel endroit de la terre », telle était la sublime ambition d’Air France, proclamée avec talent par les danseurs Benjamin Millepied et Virginie Caussin dans son film publicitaire(*) de 2011 intitulé L’envol. Aujourd’hui, le ciel et la terre sont devenus l’enfer pour la compagnie aérienne qui a annoncé vendredi 2 octobre dernier la suppression de 2 900 postes, le retrait de quatorze avions d’ici 2017 et la fermeture de cinq lignes long-courrier. Lire la suite