Futurs députés, abolissez d’urgence TOUTES les mesures d’urgence !

Mise à jour du 14 juillet 2022 : Ne dirait-on pas que les députés m’ont entendue ? En tout cas, lors des débats sur la loi de transition Covid devant prendre effet à partir du 1er août prochain, ils ont rejeté la disposition qui permettait de rétablir le pass sanitaire lors du passage de la frontière métropolitaine dans un texte prévoyant par ailleurs la fin de l’état d’urgence sanitaire et du pass.  

Chers lecteurs, chers citoyens, vous tous qui me lisez par choix ou par hasard, n’attendons pas sagement que la future Assemblée législative s’installe au palais Bourbon. N’attendons pas sagement que le gouvernement dicte le tempo et le contenu des débats. Exigeons dès maintenant la levée de toutes les mesures d’urgence sanitaire qui perdurent sous la forme d’une loi de transition autorisant le rétablissement de l’état d’urgence sanitaire, pass vaccinal compris, jusqu’au 31 juillet 2022.

Compte-tenu de l’imminence de la date butoir, le sujet va forcément figurer au menu des premiers débats de nos nouveaux élus. La porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire a d’ailleurs annoncé le 8 juin dernier qu’un texte de loi censé prendre le relais du dispositif actuel serait examiné en Conseil des ministres le 22 juin prochain puis au Sénat à partir du 11 juillet et chez les députés à partir du 18 juillet.

Parallèlement, et quoique l’affaire ne sera votée officiellement que la semaine prochaine au Parlement européen, il est plus que probable que le certificat Covid permettant de voyager au sein de l’Union européenne avec date de fin au 30 juin 2022 sera prolongé d’un an. Cette décision résultant d’un accord entre les députés européens et les États membres (qui gardent en principe le choix d’exiger ou non le certificat pour l’entrée sur leur sol), il est permis de penser que le texte à résonance nationale qui sera présenté par le gouvernement adoptera une philosophie de précaution similaire.

Raisonnement du Commissaire européen : « Nous sommes déterminés à revenir à une libre circulation sans restriction » – Alléluia ! – mais on ne sait jamais, nouveau variant, reprise épidémique, ciel qui pourrait nous tomber sur la tête… Bref, protégeons-nous, non seulement de ce qui existe mais de ce qui pourrait exister. Et là, vous en conviendrez, le champ des restrictions devient potentiellement immense et leur horizon temporel infini.

Il y a plus dangereux encore. Instaurer un état d’urgence pour lutter contre le terrorisme ou un état d’urgence sanitaire pour lutter contre une pandémie ne garantit nullement que leurs dispositions ne serviront que dans le cadre strict du terrorisme ou d’une alerte médicale.

C’est typiquement ce que l’on nous dira : tout est sous contrôle et jamais au grand jamais l’état d’urgence truc ou muche ne sera utilisé à d’autres fins qu’au contrôle des calamités contre lesquelles il a été mis en place en premier lieu. Mais trop d’exemples montrent que les citoyens soucieux de faire prévaloir l’état de droit ne peuvent pas, ne doivent pas s’en tenir à de telles assurances purement gratuites. C’est encore plus vrai à une époque où le développement des technologies du numérique et du big data permettent d’étendre le contrôle des citoyens dans des proportions qu’eux-mêmes ignorent la plupart du temps.

Parmi les faits divers de la semaine, on apprenait par exemple que des citoyens chinois excédés de constater qu’ils ne pouvaient plus retirer d’argent de leurs comptes ouverts dans différentes banques de la province du Henan depuis deux mois, excédés de n’obtenir ni réponse ni remboursement suite à leurs premières protestations et bien décidés à manifester leur mécontentement directement à Zhengzhou, capitale de la province, avaient eu la divine surprise de constater que leur pass sanitaire Covid, parfaitement valide avant et pendant tout leur voyage, était soudain passé au rouge quand ils avaient dû le scanner pour sortir de la gare.

Inutile de dire que dans un pays qui poursuit une politique « Zéro Covid » pour éradiquer la pandémie, un code rouge signifie automatiquement l’isolement quasi total du citoyen. En l’occurrence, les manifestants potentiels, dans l’incapacité de se déplacer, se loger et se nourrir dans la ville, furent cantonnés à des hôtels de mise en quarantaine puis renvoyés chez eux par le train sous bonne escorte policière. Du fait du système des cas contacts automatiquement mis en branle par l’appli, des familles entières et en parfaite santé sont maintenant en quarantaine.

Bref, les autorités locales ont clairement décidé d’empêcher toute manifestation du mécontentement populaire sur un sujet sans rapport avec le Covid, d’empêcher même que les déposants puissent obtenir réparation du préjudice subi (par des malversations au sein des banques, semble-t-il) en détournant avec beaucoup trop de facilité une contrainte théoriquement sanitaire et uniquement sanitaire.

Comme le dit fort bien, quoiqu’avec encore trop de docilité pour les pass sanitaires, l’un des clients bancaires concernés :

« The health code should have been used to prevent the spread of the pandemic, but now it has deviated from its original role and become something like a good citizen certificate. »
Le pass sanitaire aurait dû être utilisé pour empêcher la propagation de la pandémie, mais aujourd’hui il a dévié de son rôle initial et est devenu quelque chose comme un certificat de bon citoyen.

.
Ah, le fantasme du « bon citoyen » ! C’est la Chine, me direz-vous. Reconnaissance faciale à tous les coins de rue, contrôle social pour tout et n’importe quoi et punition immédiate dès que la moindre petite déviance, la moindre petite velléité de protestation est observée – du socialisme à la Xi Jinping typique. Mais quel rapport avec la France ? 

Le rapport, c’est d’abord que les pays occidentaux ont suivi aveuglément le modèle coercitif chinois d’éradication du Covid sans se poser de questions ni au début (compréhensible) ni après quelques mois d’expérience (déjà moins compréhensible) ; le rapport, c’est que la France a bel et bien mis en place un pass sanitaire puis vaccinal (je parle bien du pass) dont la part active dans le contrôle de la pandémie ne saute pas aux yeux ; le rapport, c’est surtout qu’on a déjà vu quelque chose de très similaire se dérouler sur notre sol à l’instigation de nos dirigeants.

Rappelez-vous. En décembre 2015, François Hollande était si fermement décidé à ne pas laisser sa précieuse Conférence Climat de Paris (COP21) subir la moindre contrariété qu’il n’hésita pas à utiliser certaines dispositions de l’état d’urgence terroriste qui avait été instauré un mois plus tôt suite aux attentats islamistes du Bataclan pour assigner à résidence des militants du climat trop exigeants, qui risquaient selon lui d’y semer un trouble malencontreux. 

Il se peut que le sort des écologistes radicaux vous importe assez peu. Mais ce qu’il faut bien voir, c’est que nous sommes tous concernés. Un jour, sous un certain régime politique, ce sont eux qui sont sur la sellette ; un autre jour et/ou sous un autre régime, ce pourrait être chacun d’entre nous, pour toutes sortes de raison.

Car une chose est absolument certaine : dès lors que des outils de répression sont en place, ils serviront, quelles que soient les garanties que les politiciens n’hésiteront pas à vous donner la main sur le cœur quant à vos libertés individuelles.

Une autre chose est absolument certaine : dès lors que des outils de répression sont en place dans le cadre d’une situation d’urgence, la situation d’urgence disparaitra sans doute à un moment ou à un autre, mais pas avant que certaines de ses dispositions les plus « utiles » soient intégrées au droit commun, comme ce fut le cas à l’instigation d’Emmanuel Macron en octobre 2017 avec la loi renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme.

La plus grande vigilance est donc de mise, à court terme à propos des évolutions possibles de la loi de transition sanitaire, et à plus long terme du fait des possibilités accrues de surveillance de masse que le développement des technologies de l’information rend possibles.

À cet égard, il me semble indispensable de distinguer ce que j’appellerais le « numérique civil », celui qui nous rend service dans notre vie quotidienne en respectant notre vie privée, et le « numérique politique » qui, sous couvert d’offrir certaines protections, se donne l’objectif de tracer nos faits et gestes, avec le lourd inconvénient de pouvoir les utiliser contre nous – peut-être l’objet d’un futur article. 

Mais dans l’immédiat, demandons dès maintenant à nos futurs députés de voter la levée de toutes les mesures d’urgence sanitaire qui défigurent la France sans raison depuis trop longtemps. 


Illustration de couverture : Façade de l’Assemblée nationale, Paris. Photo site vie-publique.fr.

24 réflexions sur “Futurs députés, abolissez d’urgence TOUTES les mesures d’urgence !

  1. Bonjour, je veux bien demander, mais on fait comment ? Les députés vont être réélus, LREM aura la majorité, les médias vont de nouveau faire peur aux français et donc pour nous protéger, nos libertés continueront à être réduite comme d’habitude avec l’assentiment de la majorité des français, partis politiques et syndicats compris.

    • Bonne question. Depuis la mise en place du pass sanitaire en juillet 2021 il ya eu des dizaines de manifestations. Cela n’a servi à rien. Il faut dire que selon les enquêtes publiées, l’immense majorité de la population est favorable au pass…

  2. C’est un voeu pieux… quand on sait que chaque smartphone qu’on a dans la poche conserve en mémoire TOUS vos déplacements, tous les lieux visités, le temps passé dans chaque magasin, etc. etc.
    Le numérique semble être, comme vous le dites, un danger. C’est même le meilleur ennemi de la liberté. Qui l’eût cru ?

    • Ne pas confondre: d’un côté il ya les traces numériques laissées par chacun d’entre nous chez des opérateurs privés. D’un autre côté il y la loi qui vous oblige à présenter un pass.

      Dans le premier cas vous pouvez toujours éviter les services qui vous déplaisent, éteindre votre smartphone ou le laisser à la maison. Dans le second cas vous risquez des sanctions.

      • VOus êtes, me semble-t-il, un peu naïf : croyez-vous une seconde que les opérateurs privés, incités fermement par le gouvernement, ne donneront pas vos renseignements ? Toutes les lois, les unes après les autres, étendent au contraire cette possibilité.

    • Bah non, il faut désactiver la localisation et ordonner à google de ne pas enregistrer l’historique des lieux. Sur Android. Pour les appareils à la pomme, je ne sais pas, mais j’imagine que c’est possible.
      Pas garanti 100% bien sûr, vu que ces merveilleuses machines sont des boîtes noires que l’on contrôle finalement très peu, et su’il faut s’attendre à tout de la part de l’état, quel su’il soit.

  3. De toutes façons nos députés pour le mec qui ne connaît rien, comme moi, ça reste une histoire d’abstentions. Comment qu’ils disent.. nous sommes en commissions ou nous sommes en rendez-vous dans nos circonscriptions… Il faudrait leur rappeler que leur boulot est de fabriquer la loi. Par exemple, le 25 juillet 2021, votation du premier Pass-sanitaire, 230 sur 577 députés seulement participèrent, ils étaient où les absents. Pire, la transposition de l’Equi-taxe est votée la nuit par cinq députés dans l’hémicycle dont certains dormaient…Il n’y a pas de DRH dans cette boutique… A ce sujet ils pourraient aussi dépoussiérer les différents textes en particulier les codes pour les rendre plus accessibles… Quant aux commissions d’enquête elle tournent parfois au ridicule. Je me dis que nous ne sommes pas loin des zones de turbulences de l’entre deux guerres.. Deux cierges à Notre Dame..

  4. La démocratie ne nous protège de rien et surtout des mesures morales que les bons citoyens à travers les politiciens veulent avaler ( vote obligatoire, pas sanitaire, justificatif de membres d’ association…..). C’est l’ opinion qui fait les lois

  5. Entièrement d’accord avec le texte et les commentaires, et ce n’est pas faute d’avoir alerté proches et moins proches depuis deux ans, y compris le député local LREM Florent Boudié en de nombreuses occasions. Mais ce dernier est resté sourd à toutes mes sollicitations et a bien entendu voté pour la pass, comme un bon toutou de sa majesté le Roi EM. Dimanche, je voterai pour son opposante Sandrine Chadourne RN, mais j’ai malheureusement peu d’espoir.

  6. « Les pays occidentaux ont suivi aveuglément le modèle coercitif chinois d’éradication du Covid sans se poser de questions. »

    C’est parfaitement faux. Pour commencer, si c’était le cas, vous seriez en prison en raison de vos écrits.

    Le « modèle coercitif chinois » a été composé des éléments suivants :

    1. Fortes restrictions à la liberté d’expression, qui ont empêché non seulement l’expression de l’opinion des citoyens, mais, beaucoup plus grave, la circulation et le partage des informations scientifiques dès le début de l’épidémie.

    Ce facteur a été décisif dans le déclenchement et l’expansion de la pandémie. Il n’est pas interdit de penser que, si la Chine avait été un pays démocratique comme la France ou les Etats-Unis, l’épidémie aurait été jugulée beaucoup plus tôt et n’aurait pas pris les proportions pandémiques que nous avons connnues.

    Certains des savants qui ont, les premiers, identifié la maladie ont disparu, ont été menacés, empêchés de travailler, etc. Le Covid donnait une mauvaise image à la Chine, par conséquent la santé des populations a été sacrifiée à l’intérêt du parti communiste.

    2. Adoption de l’objectif « zéro Covid », consistant à rechercher l’absence totale de contamination à un moment et dans une zone données. Cet objectif n’est pas nécessairement néfaste. En fait, il a permis à certains pays de la zone Asie-Pacifique d’obtenir les meilleurs résultats mondiaux dans la lutte contre l’épidémie (Nouvelle-Zélande, Singapour, Taïwan…).

    En revanche, il devient néfaste lorsqu’il est conjugué au point suivant.

    3. Adoption de moyens dictatoriaux pour atteindre l’objectif zéro Covid. En Chine, contrairement à Taïwan par exemple, la population a été littéralement raflée par la police pour être placées dans des centres de quarantaine, ou au contraire a été enfermée chez elle physiquement pour l’empêcher de sortir. Un enfant est mort de faim parce que ses parents ont été raflés par la police. La population a été déportée dans des centres de quarantaine très éloignés de son domicile. Les gens n’avaient même pas le droit de sortir de chez eux pour acheter à manger. Il n’a été tenu aucun compte des nécessités de l’activité économique. Les exigences de contrôle pour sortir de quarantaine étaient excessives et déraisonnables (tests multiples et délais interminables, etc).

    4. Recours exclusif aux vaccins chinois, peu efficaces, pour des raisons nationalistes et politiques. Refus d’importer les vaccins efficaces (Pfizer, Moderna, Astra Zeneca), parce qu’ils ont été conçus et produits par les diables capitalistes étrangers.

    5. Refus d’inciter à la vaccination (eh oui !…), contrairement à ce qui s’est passé dans les pays occidentaux. Précisément là où un peu de directivité étatique aurait pu être efficace, les dirigeants chinois se sont effacés comme des lopettes gauchistes françaises, en cédant aux traditions culturelles locales qui interdisent aux enfants de contredire leurs parents âgés réticents à la vaccination ; justement ceux qui couraient le plus de risques face à la maladie.

    Par opposition, la plupart des pays démocratiques ont adopté une politique, non pas d’obligation vaccinale, mais d’incitation à la vaccination, par le biais justement de ces fameux « passes » qui soulèvent votre indignation, alors qu’ils ont été l’une des principales armes ayant prouvé leur efficacité.

    • La Chine a eu un comportement tout à fait démocratique et libéral au début de la crise du Covid. C’est la France qui a fait revenir des compatriotes de Wuhan pour les installer de force dans des camps de vacances, qui ont servi de quarantaine. Donc les premiers à appliquer la quarantaine ont été les français. Si la Chine avait été dictatoriale, ils auraient empêché les français potentiellement contaminés de sortir de Chine. Le gouvernement français a laissé les maires des communes concernées sans information, sans soutien logistique. On ne sait pas si des gens sont sortis de ces centres de vacances. Donc l’obligation vaccinale c’est le moins que pouvait faire le gouvernement pour masquer la chienlit de la gestion de la pandémie.
      La France de Macron n’a rien à envier à la Chine.

      • « La Chine a eu un comportement tout à fait démocratique et libéral au début de la crise du Covid. »

        Merci pour ce grand moment de propagande pro-chinoise décomplexée et désinformée.

        Quant à la France de Macron, ce qu’on lui reprochait au début, c’était de n’en pas faire assez dans les confinements et quarantaines. Même Philippot, qui se la joue maintenant champion des libertés, mais qui n’a en fait que l’objectif de s’opposer et faire le buzz de son opposition girouette, réclamait de telles mesures :
        https://twitter.com/f_philippot/status/1238856034971680768

  7. Votre billet confirme mes craintes latentes. De nombreux commerces et espaces se privèrent de ma visite l’année dernière puisque j’avais refusé la troisième injection à partir de novembre et était donc un odieux délinquant sanitaire et contagieux.

    Les deux injections furent pour pourvoir sortir de France l’été dernier, car à Berlin où j’allai, ils s’en moquaient éperdument (à l’époque).
    Contrôlé comme un pestiféré par la PAF au retour.

    D’autres pays qui réclament encore un schéma complet se basent sur deux injections, comme le Canada et les EU où je me rends au moins d’août; je dois déjà envisager qu’on m’interdise de sortir de France si je refuse de me soumettre.

    Ceci étant, la réélection du poudré le laisse présager.

    Certains de ma connaissance votèrent MLP pour espérer le dégager en avril. Maintenant c’est voter Mélenchon pour espérer ne pas lui céder un pouvoir absolu dans quelques jours.

    La droite, ayant récolté le fruit de ses égarements, n’est plus.

    Devoir choisir entre deux crapules patentées, voilà où nous en sommes.

  8. « C’est encore plus vrai à une époque où le développement des technologies du numérique et du big data permettent d’étendre le contrôle des citoyens dans des proportions qu’eux-mêmes ignorent la plupart du temps. »
    Bon attention il ne faut pas trop fantasmer, le big data ce sont des milliards d’informations qu’il n’est pas forcément possible d’interpréter correctement ou utilement à ce jour, des bases de données, fiscale, santé, consommation, déplacement etc…, difficiles à rapprocher.

    Il y a plus à craindre de l’infantilisation profonde de la société que des modalités techniques.
    Les peuples feignent de s’offusquer et au fond d’eux même, en dernière analyse, ils soutiennent ceux qu’ils critiquent tant que leur lâche hypocrisie leur permette de jouir et bouffer.

    En 1889 Gustave Le Bon expliquait que malheureusement les humains adorent cela, être fanatisés pour des stupidités. Et les humains sont devenus une seule foule avec l’omniprésence médiatique dictatoriale, vertigineuse.
    « Plus l’affirmation est concise, plus elle est dépourvue de toute apparence de preuves et de démonstration, plus elle a d’autorité.
    L’affirmation n’a cependant d’influence réelle qu’à la condition d’être constamment répétée, et, le plus possible, dans les mêmes termes.
    Dans les foules, les idées, les sentiments, les émotions, les croyances possèdent un pouvoir contagieux aussi intense que celui des microbes.
    Ce qui contribue surtout à donner aux idées propagées par l’affirmation, la répétition et la contagion, une puissance très grande, c’est qu’elles finissent par acquérir le pouvoir mystérieux nommé prestige.
    Le propre du prestige est d’empêcher de voir les choses telles qu’elles sont et de paralyser tous nos jugements. »

    Les croyances possèdent un pouvoir contagieux aussi (plus) intense que celui des microbes, c’est de cela qu’il faut se méfier avant tout !

  9. Merci Nathalie pour ce texte si pertinent. A mon avis rien à faire du côté des députés qui ne pensent qu’à leur gamelle, et qui ne sont pas directement concernés, les mesures liberticides ne s’appliquent qu’à la populace (pas de pass à l’assemblée nationale). Il faut essayer de convaincre ses connaissances mais c’est un peu peine perdue, on passe pour un rabat joie qui s’inquiète pour des broutilles. La fable du chien et du loup s’applique parfaitement, le maître est généreux, la laisse assez longue la plupart du temps, il s’occuppe bien de notre santé avec ses injections d’une redoutable efficacité, et nous protège du réchauffement climatique qui fait du chaud en été. Et par définition il ne veut que notre bien – quel intérêt aurait-il a nous faire du mal? Il sait mieux que nous, il a des experts, et si de temps en temps la laisse fait un peu mal au cou, c’est pour le bien commun.
    Les loups complotistes sont heureusement assez rares et les médias du bon maître savent nous protéger de leur influence perverse.
    Ceci dit vu la dégradation de la situation économique et militaire, un gros tirage de laisse est à attendre. Peut être que les gentils labradors vont se rappeler que leurs lointains ancêtres bouffaient du Néanderthal à l’occasion…

  10. @Nathalie MP Meyer

    Merci pour votre réponse.
    Quand on voit les commentaires toujours à sens unique de Marchenoir, on a le droit d’ironiser.
    La France a commencé de traiter la crise du covid par des quarantaines, et à continuer par du confinement. Cela continuera.
    La Chine a pensé que c’était un problème local. Les Chinois ont été accusés de répandre la pandémie, ce qui est faux. Et quand ils prennent des mesures on dit qu’ils sont dictatoriaux.

  11. Comme la clique du poudré n’a pas obtenu la majorité absolue ce soir, sa marge de manœuvre se réduit.
    Ça ne sera peut-être pas aussi aisé pour espérer emm……. les Français réfractaires, comme il l’annonçait si bien.
    Les 5 prochaines années ne le verront sans doute pas aussi arrogant et poseur. De là à me réjouir que la tribu NUPES soit aussi représentée, il y a un fossé mais ce pervers narcissique va devoir revoir sa copie.

  12. Finalement, l’article de Nathalie MP Meyer tombe à pic.
    « La clique du poudré » ayant perdu la majorité absolue, ce sera plus difficile d’imposer des mesures d’urgence, surtout en. plus que la ministre de la Santé est battue aux législatives.
    Exit le Conseil de Défense?

  13. Désolé de vous décevoir, mais les députés n’ont pas eu besoin de vous écouter pour leur vote imbécile et démagogique opposé aux contrôles sanitaires aux frontières. Ils ont simplement cédé à l’inclination protestataire et anti-gouvernementale de la population.

    Si vous ne me croyez pas, il faudrait que vous nous expliquiez en quoi le Rassemblement national et la Nupes auraient des inclinations libérales. La démonstration serait assez intéressante.

    Ce vote est particulièrement pittoresque de la part du Rassemblement national. Ce dernier passe son temps, avec quelque raison, à nous expliquer que nous devons retrouver la maîtrise de nos frontières, ne pas admettre n’importe qui sur notre sol, etc.

    Longtemps avant l’adoption du « racisme » comme idéologie centrale de notre temps, dont « l’anti-racisme » n’est que l’image inversée, il allait de soi, dans tous les pays du monde, que l’une des principales missions de la police des frontières consistait à empêcher l’entrée de personnes porteuses de maladies contagieuses. Cette proposition était aussi peu controversée que le fait de préconiser l’emploi du parapluie contre la pluie.

    Désormais, c’est le parti qui s’est fait traîner dans la boue depuis des décennies aux cris de « fascistes ! » et de « racistes ! » qui vote pour l’ouverture des frontières aux porteurs de maladies — mais il s’agit du Covid, et le Covid est un gentil virus, un virus de droite pour ceux qui sont à droite, un virus de gauche pour ceux qui sont à gauche, un virus libéral pour les libéraux — contrairement au bacille de la tuberculose, au virus de la variole, à celui du Sida ou d’autres, qui sont simplement des fléaux dont l’humanité doit, à juste titre, se protéger, indépendamment des opinions politiques des uns et des autres.

    Ce vote montre la faible qualité intellectuelle et morale de nos députés. Ils ont préféré la démonstration de leur force politique à la défense de la santé de la population. Il aurait été étonnant qu’ils manquent cette occasion de « mettre une quenelle » à Macron, au « pouvoir », aux « élites » dont ils font pourtant partie. Ils ne l’ont pas manquée.

    Ce n’est pas très grave, l’épidémie est atténuée. Mais c’est préoccupant, à la fois pour des raisons sanitaires (nous ne disposons pas encore des vaccins basés sur le variant Omicron, l’épidémie repart en Chine) et pour des raisons politiques (il ne faudrait surtout pas ennuyer ces pauvres chéris de Français avec la moindre petite contrainte au moment de leur sacro-saint départ en vacances).

    Plutôt que d’avoir le courage de défendre des convictions cohérentes, l’opposition se laisse aller à une position démagogique susceptible de réunir l’ensemble des mécontentements irréfléchis, et s’imagine avoir remporté une grande victoire.

    Comme vous dites, ça promet.

    • Ma première phrase est bien sûr une boutade. Quant au libéralisme de la Nupes ou du RN et apparentés, il est nul, évidemment. De plus, Le RN et toute la clique Philippot / NDA ont surtout surfé sur l’opposition à Macron. Je l’ai déjà dit ici : quand Macron ne prenait pas de mesures assez vite contre le Covid, ils hurlaient à la catastrophe imminente et voulaient tout fermer, tout enfermer.
      Mais il est bon de revenir à une situation politique normale et le contrôle aux frontières n’avait plus grand sens avec la levée de tout le reste. Ce qui ne veut pas dire que chacun ne garde pas la responsabilité de se comporter intelligemment en cas d’infection au Covid.

Répondre à Mildred Annuler la réponse.