Pass sanitaire : Macron parle mais c’est Billy Wilder qui a raison

Pour les vaccins, mais contre le pass sanitaire et contre l’obligation vaccinale qui en découle.

Alors que j’écoutais Emmanuel Macron nous annoncer dans son « Adresse aux Français » du lundi 12 juillet dernier que la jauge du pass sanitaire allait passer de 1 000 à… 50 personnes, je n’ai pu m’empêcher de repenser à ce que Billy Wilder disait sur les optimistes et les pessimistes confrontés aux abus de pouvoir progressifs des politiciens.

Les premiers, trop naïfs, se disent : « Mais non, ils n’oseront jamais aller jusque-là », et finissent souvent par contempler, impuissants, les ruines de l’État de droit orchestrées par leurs dirigeants, tandis que les seconds, généralement taxés de prophètes de malheur, ont la morne satisfaction de leur dire : « Je vous avais prévenus », quand ils n’ont pas carrément claqué la porte pour rechercher des lieux plus habitables.

Mais parlons d’abord du pass sanitaire.

Depuis le 9 juin 2021, date d’entrée en vigueur de ce pass, l’accès à certains rassemblements de plus de 1 000 personnes est conditionné à la présentation d’un certificat de vaccination ou à un test de dépistage négatif de moins de 48 heures ou à un certificat de rétablissement si on a eu le Covid.

Voici ce que j’écrivais à l’époque :

« La loi du 31 mai 2021 relative à la gestion de la sortie de crise sanitaire qui rend le pass sanitaire possible ne stipule nullement le seuil de 1 000 personnes. Il est donc tout à fait possible au gouvernement de décréter 800 ou 500 à sa guise. Je ne dis pas qu’il le fera, mais la loi est ainsi faite qu’elle donne un pouvoir discrétionnaire excessif à l’exécutif. »

Eh bien, six semaines plus tard, M. Macron l’a fait.

S’il existe quelque part une possibilité d’oppression quelle qu’elle soit – genre l’assignation à résidence anti-terrorisme pour des écolos qui n’avaient rien à voir avec le terrorisme mais qui risquaient de perturber la précieuse COP21 parisienne de François Hollande en 2015 – ne vous faites aucune illusion, elle sera utilisée et justifiée par les dirigeants au nom des plus hautes valeurs de la République et de l’humanisme. Telle est la leçon des pessimistes de Billy Wilder, une triste leçon qui se confirme hélas aujourd’hui.

En effet, à partir du 21 juillet, le pass sanitaire sera exigible dès 12 ans dans les « lieux de loisirs et de culture » rassemblant plus de 50 personnes et à compter du 1er août, il concernera également tout ce qui est musées, cafés, restaurants, centres commerciaux, trains, avions et autocars, personnel compris.

Autrement dit, que vous soyez jeune ou âgé, à risque ou peu à risque, pas de vaccin signifie automatiquement la privation de toute vie sociale – la privation de toute vie tout court, vu l’ampleur absolument hallucinante des interdictions d’accès. Une situation qui est appelée à se durcir encore puisqu’il est déjà prévu que le pass pourrait être étendu à d’autres activités. Commerces de proximité, écoles, travail, rassemblements privés ? En vertu de la « leçon » ci-dessus, il serait beaucoup trop optimiste de ne pas envisager de telles extensions.

Bref, la vaccination qu’Emmanuel Macron, grand prince des Lumières et des sciences, ne voulait pas rendre obligatoire devient de fait obligatoire :

« La vaccination n’est pas tout de suite obligatoire pour tout le monde, mais nous allons étendre au maximum le pass sanitaire pour pousser le maximum d’entre vous à aller vous faire vacciner. » (Adresse aux Français du 12 juillet 2021)

.
On ne saurait s’exprimer plus clairement. En fait de sciences et de lumières, on ne voit à l’Elysée qu’un dirigeant dont la tendance liberticide était déjà bien documentée avant le Covid et dont il y a tout lieu de douter qu’il soit très éclairé malgré la multiplicité des conseils de défense et autres conseils scientifiques qu’il a érigés face à la pandémie.

Si les contaminations au Covid-19 se remettent effectivement à augmenter, ce n’est absolument pas le cas des décès quotidiens, ni celui du nombre de personnes hospitalisées ou en soins critiques. Ces dernières étaient 957 en France entière au 12 juillet, jour de l’allocution du Président, d’après les propres données du gouvernement.

Or l’exemple du Royaume-Uni montre que la hausse des contaminations entraînée par le variant Delta n’a pas d’influence significative sur les hospitalisations et les décès, du fait notamment de la vaccination des personnes les plus à risque. Est-ce à dire qu’il faut obliger tout le monde à se faire vacciner ? Je suis très admirative des capacités de nos vaccins et je suis d’ailleurs vaccinée deux fois, mais ma réponse est clairement non.


D’abord parce que le point vaccinal où en est arrivée la France est très encourageant compte tenu de l’importance du facteur âge sur le risque Covid : au 11 juillet, plus de 75 % des personnes de plus de 55 ans et plus de 85 % des personnes de plus de 65 ans ont reçu leur première dose de vaccin et seront donc complètement vaccinées très prochainement – sans qu’on ait eu besoin de leur tordre le bras (voir graphique ci-contre, site Ameli). 

Deuxièmement, parce que la défiance à l’égard de la vaccination résulte en large part de la rupture de confiance qui s’est installée dans la population française face à une gestion gouvernementale de la pandémie absurdement bureaucratique et trop souvent faite de manquements à la parole donnée et de revirements opportunistes. Réparer la rupture de confiance par une couche supplémentaire de coercition, ce serait, c’est vraiment la marque d’un pouvoir aux abois qui ne voit le salut, son salut, que dans la fuite en avant autoritaire.

Et troisièmement, le plus important, parce la France se flatte d’être une démocratie avancée qui respecte les libertés individuelles – n’est-ce pas ce qu’Emmanuel Macron répète à longueur de grandes phrases et d’Adresses aux Français ?

Or la liberté, c’est l’absence de coercition, ce qui inclut logiquement le respect des individus par reconnaissance de leur parfaite aptitude à prendre leurs responsabilités à partir du moment où ils sont bien informés dans le cadre d’un débat ouvert et intelligent sur tout sujet important pour eux-mêmes en particulier et pour la société dans son ensemble – environnement, climat, questions sociales, sociétales, etc., et aujourd’hui pandémie et vaccination.

Et voici arrivé le moment de revenir à Billy Wilder dont je parlais en introduction de cet article.

Depuis Hollywood où il s’était réfugié peu après l’arrivée d’Hitler au pouvoir, il observait comment la situation avait évolué en Europe et s’en trouvait infiniment conforté dans sa décision d’avoir quitté l’Europe au moment où il l’avait fait.

« Certains me traitaient de pessimiste à l’époque. Eh bien, comme je le leur dirais plus tard, ce sont les pessimistes qui ont atterri à Beverly Hills avec une piscine dans leur jardin, et ce sont les optimistes qui ont fini en camp de concentration. » (rapporté de façon romancée dans Billy Wilder et moi de Jonathan Coe, Gallimard, 2021)

.
Qu’on me fasse la grâce de ne pas s’arrêter aux circonstances particulières de la montée de l’hitlérisme qui constituent le contexte de cette réflexion. Ce qui me semble important et valable en de multiples circonstances bien moins tragiques que l’extermination des Juifs – à laquelle je ne compare nullement le pass sanitaire, que ce soit clair – c’est ce distinguo de comportement entre les optimistes et les pessimistes en politique.

Pour ma part, je me qualifierais volontiers d’optimiste parmi les pessimistes. Pessimiste, car sinon je ne tiendrais pas ce blog qui pourfend à longueur d’articles le modèle social collectiviste toujours plus privatif de libertés individuelles dans lequel la France s’enfonce jour après jour, année après année.

Mais encore trop optimiste au sens où chaque fois qu’Emmanuel Macron doit s’exprimer devant les Français après un brouhaha médiatique qui laisse entendre qu’il pourrait prendre des mesures liberticides, je me dis : Non, il ne va pas le faire. Il ne va pas inscrire les dispositions de l’état d’urgence dans le droit commun, il ne va pas faire le pass sanitaire, il ne va pas rendre la vaccination obligatoire alors que la situation sanitaire ne l’exige nullement. Etc.

Et bim, il le fait. Ce qui semblait impossible au regard de la raison et de l’État de droit devient possible. Et non seulement possible, mais applaudi voire demandé par nombre de citoyens parfaitement respectables qui préfèrent ne pas voir les entailles portées à l’État de droit quand elles se déclinent en dispositions qui confortent leurs opinions.

Les pessimistes ne sont guère appréciés. Ils sont vus comme des empêcheurs de tourner en rond, comme des gens maladivement déprimés qui voient le mal partout. Et pourtant, combien de fois ont-ils eu raison sur les optimistes… Pensons-y, car demain, ce sera quoi ? Un pass pour éradiquer la grippe ? Bienvenue dans une société hygiéniste et invivable.

L’extension du pass sanitaire annoncée par Emmanuel Macron n’aura force de loi que si le Parlement, convoqué en session extraordinaire à partir du 21 juillet, vote en ce sens. J’écris cet article pour demander instamment aux députés et aux sénateurs de réfléchir à la pente liberticide de plus en plus glissante dans laquelle notre pays est en train de s’engager en dehors de tout motif sanitaire impérieux sous couvert de lutter contre la pandémie de Covid-19.


Mise à jour du 17 juillet 2021 : j’ai intégré les chiffres de vaccination du site Ameli au 11 juillet (contre le 4 juillet précédemment).


Illustration de couverture : Emmanuel Macron, Adresse aux Français, 12 juillet 2021. Capture d’écran.

79 réflexions sur “Pass sanitaire : Macron parle mais c’est Billy Wilder qui a raison

  1. Billy Wilder ne fait que mettre sur le tapis l’éternelle différence entre l’homme et l’animal, l’espoir contre l’instinct.
    Si ça pue, si ç’est dangereux, si ça agresse, l’animal fuit ou combat, selon la situation et ses possibilités. L’homme, lui, espère. Il parait que ça fait vivre.

  2. Merci pour ce magnifique article auquel je souscris sans réserve.

    Pour ma part, la ligne rouge est franchie avec l’obligation vaccinale des plus de 12 ans et je ferai TOUT ce qui en mon pouvoir pour y soustraire mes enfants. Je n’ai pas de problème à me faire vacciner, j’y étais surtout opposé pour des raisons philosophiques. Mais pour mes enfants c’est pour des raisons éthiques et médicales que j’y suis opposé.

    Par ailleurs, ayons une pensée pour toutes les personnes qui ne peuvent pas se faire vacciner pour des raisons médicales et qui deviendront des citoyens de seconde zone. Je pense notamment aux personnes soufrant d’allergies sévères. Pensons également à tous les parents dont les enfant souffrent de pathologies lourdes et qui vont devoir se demander s’il faut ou pas se vacciner. Et s’ils ne se vaccinent pas ils rajouteront à leur fardeau déjà pénible celui de la relégation sociale.

    Mais le pire, c’est ce que vous mentionnez dans votre article, à savoir l’atteinte aux libertés futures qui ne manqueront pas d’arriver. Le pass sanitaire est un cheval de Troie. Ceux qui pensent avoir la paix en se vaccinant ne font que reporter les problèmes auxquels ils seront confrontés dans le public. C’est pour cela que je vais boycotter tous les lieux pour lesquels le passe sanitaire sera obligatoire. Je viens d’annuler mes vacances dans le sud, j’ira à l’étranger. Au passage je ferai remarquer que cette annonce surprise pourrit l’été de tous ceux qui n’auront pas eu le fameux sésame au moment du démarrage des vacances.

    Et que dire de l’image de la parole politique ? Le gouvernement, Macron, Mme Braun-Pivet nous avaient juré le coeur sur la main lors des débats parlementaires que ce passe sanitaire était temporaire et ne comportait que de très légères contraintes. C’était pour mieux faire passer la pilule, ils ont fait pareil pour la CSG et la PMA. A l’époque des débats le variant indien était connu. Qui peut croire que cette radicalisation soit le seul fait des circonstances ? Mensonges, manipulations, et politique de la terreur, voila de quoi il s’agit.

    Enfin, quelle ironie de se réclamer des lumières quand c’est le fanatisme qui est à la manoeuvre.Car il faudra bien un jour ouvrir les yeux sur ce nouveau fanatisme religieux qui s’appuie sur une Science idolâtrée qui a bien peu de rapport avec la science ordinaire.

    Pouvoir, argent, fanatisme et incompétence. Ne cherchez pas plus loin les causes de cette gabegie.

  3. Je souscris également sans réserves.

    Je ne me suis vacciné que pour pouvoir aller à l’étranger avec mes fils, qui le sont aussi.
    Je prévois de faire comme Billy Wilder, à terme.

    Ce poseur de Macron n’a aucune idée des implications de sa décision inique. Ceux qui ne sont pas encore vaccinés pourront tout simplement crever de faim puisque les super et hypermarchés, entre autres, leur seront interdit d’accès; si on demeure sur ces dispositions.

    Sans évoquer la frénésie vaccinatrice que cela va engendrer, genre exode de 40. DoctoLib est certainement saturé.
    Avec sanctions à la clef pour les « oublieux » et tests PCR payants

    Je ne parviens même pas m’assurer que 2022 sonnera le glas de la mandature désastreuse de ce dictateur d’opérette.

    C’est l’après-2022 qui m’effraie. D’où mon souhait de plus verts pâturages.

    • Macron fait cela car il veut tuer dans l’oeuf une nouvelle révolte de type gilets jaunes s’appuyant sur le refus du vaccin. Tout ceci est politique et pas sanitaire. Toutes ces mesures liberticides n’étaient pas nécessaires car comme vous le faites remarquer, la plupart des français se faisaient de toute façon vacciner. Si baisse de la vaccination il y avait eu, elle aurait été seulement transitoire avec les vacances d’été et sans conséquences sanitaires. Mais le président voulait reprendre la main après des élections régionales humiliantes pour lui qui s’était entre autre en personne déplacés pour soutenir ses représentants dans le Nord de la France qui s’étaient fait sèchement éjectés par les électeurs.

      Le pire est que cela va encore se retourner contre lui. On voit déjà que la décision a été prise uniquement à l’Elysée et que rien n’est prévu. Les ministres et porte-paroles rament pour expliquer la logique de tout cela et les contre-ordres et aménagements commencent à pleuvoir face aux incohérences et impossibilités. L’exemple des enfants dont la vaccination a commencé en juillet mais qui doivent avoir leur passe vaccinal pour les centres de loisirs le 21 juillet est assez flagrant … Pire, il n’y a actuellement que 40% des français de vacciné. En fait aucun français s’étant fait vacciné à la date d’ouverture générale de la vaccination n’aura son certificat pour le 21 juillet !!!! A cette date seulement 45% des français le seront ! Il apparait que le président et ses courtisans proches ne savent même pas faire de simples additions avec des dates … Ce sont pourtant censé être els meilleurs d’entre nous …

      • @Deres : je vous rejoins sur votre analyse. Il s’agit bien d’une décision politique, brutale et hautaine, qui en dit long sur l’idée que se fait l’exécutif, et autour de lui la classe au pouvoir, des libertés individuelles et du bas peuple. On a entendu des expressions de haine contre les non-vaccinés, on a rarement autant stigmatisé une partie de la population, ce n’est pas un bon signe.

        Et oui vous avez également raison sur les gilets jaunes, ce passeport intérieur sera un bon moyen de limiter les manifestations à l’approche des élections. L’objectif est de rassurer l’électorat des classes moyennes en faisant croire que tout va bien.

  4. Bonjour Nathalie,

    Superbe article auquel je souscris entièrement. Jamais la fameuse phrase d’Audiart sur les cons n’a sonné aussi juste : il ose tout !!!
    Quant aux couilles-molles (désolé pour l’expression mais je n’en vois pas d’autres) qui siègent à l’assemblée ou au sénat, autant ne rien en attendre. À quelques rares exceptions, ils sont aux abonnés absents, un poste juteux vaut bien un renoncement. Le 12 juillet 2021 restera dans l’histoire le jour où ce pays a tourné le dos à son histoire et à ses valeurs.

    Bonne journée

  5. Un rare article intelligent qui s’oppose au pass sanitaire. Au fond il s’appuie sur la décorellation entre infectés et hospitalisés et sur un taux de létalité faible du variant Delta voire quasi inexistant en raison du taux de couverture vaccinale des personnes les plus à risque. Mais d’une part cette couverture vaccinale de l’avis de la quasi totalité des infectiologues va trouver ses limites bien avant la fin de l’année (d’où l’annonce d’un troisième rappel) et l’évolution et les mutations de ce variant nous sont par définition inconnues.
    Il s’agit de casser dès maintenant ce processus car avec la vitesse de propagation du variant Delta la célérité fait partie de l’équation, sauf à vivre une année 2022 à l’aune de l’année 2021 à quelque chose près.
    Certes les dispositions annoncées sont des contraintes que l’on peut estimer fortes voire en partie liberticides, c’est une question de curseur (l’obligation vaccinale pour se rendre en Afrique : fièvre jaune et anti palud en plus dans certains pays) est-elle liberticide ?
    L’Islande, Israël, le Danemark fonctionnent déjà avec un pass sanitaire aux mêmes caractéristiques. Comme le souligne le professeur Gérald Bronner « Les vrais réfractaires au vaccin sont très peu nombreux, mais leur argumentation a essaimé à la faveur de la dérégulation du marché de l’information (…) Beaucoup de nos concitoyens, sans être totalement convaincus par ces arguments, ont été gagnés par l’indécision et, dans le doute, s’abstenaient. Il fallait rendre l’hésitation plus coûteuse que bénéfique ». Pour lui, la stratégie du passe sanitaire n’est pas discriminatoire, car « c’est une mesure provisoire qui n’essentialise pas les individus ». Au contraire, il est convaincu qu’elle permettra « d’arracher les indécis au discours anti vaccination ».

    • Israël a dû abandonner son passe sanitaire. Et ce passe sanitaire ne concernait pas les enfants de plus de douze ans. La France est le seul pays de l’OCDE à adopter des mesures aussi coercitives. Aucun autre pays démocratique n’est allé aussi loin dans la brutalité et l’autoritarisme. Quand au caractère temporaire du passe sanitaire, vous pouvez y croire, moi pas.

      Par ailleurs, vous citez Gérarld Bronner qui est un sociologue de plus, cette fois-ci pas un déconstructiviste de gauche mais au contraire quelqu’un qui légitime les abus lorsqu’ils viennent du pouvoir scientifique ou politique. Je l’ai entendu lors d’une interview ahurissante menée par Etienne Klein sur France Culture. Je peux vous dire que ces gens ne sont pas des amis de la liberté et que leur croyance en La Science les range indiscutablement dans le camp des fanatiques à vision binaire : le Bien / le Mal, la Science / les Complotistes, etc.

    • Au pays du principe de précaution, il n’existe aucune raison valable, scientifique ou autre, d’imposer une vaccination avec des produits qui sont sous AMM conditionnelle alors que ces derniers fournissent quotidiennement leurs lots d’effets indésirables reconnus par L’OMS et surtout, sauf à penser que les indiens ou les africains sont de fieffés imbéciles, lorsqu’il existe des médicaments de substitution tout à fait exploitable. Fort heureusement, la létalité de cette maladie reste faible et il n’y a strictement aucune raison de s’affoler. La fuite en avant de ce qui nous sert de gouvernement est terriblement inquiétante. Il y aura désormais un avant et un après le 12 juillet 2021. À ce stade, et nonobstant le côté psychopathe du mauvais roi actuel, je ne vois que la corruption, dantesque, pour expliquer rationnellement l’attitude observée. Il est écrit que nous devrons boire le calice jusqu’à la lié. Ça va être dur. Dans tous les cas, ça n’empêchera aucunement ce pays de poursuivre sa chute désormais inexorable.

    • C’est une décision politique et non sanitaire. Sinon, ils n’auraient pas attendues que le variant delta explose. On le voit clairement monter depuis 3 semaines mais ils n’ont rien fait car c’était les élections régionales. Et après la déculottée de LRM à ces élections il fallait reprendre la main en s’attaquant à la possibilité d’une révolte populaire contre el vaccin avec soutien indirect du reste des français. C’est la seule chose qui peut empêcher la réélection de Macron, tous les opposants politiques possibles étant tenus en joue par le PNF et la presse aux ordres. La réalité est que la vaccination se passait très bien sans aucune résistance des anti-vaccins qui doivent être moins de 20% en France. Or avec les chiffres actuels de moins de 40% de vacciné, les 80% ne seront atteints que début octobre au mieux.

      • @Deres: ce retournement brutal intervient quelques semaines seulement après le plan de sortie de crise. Personne ne me fera croire que l’exécutif n’avait pas déjà préparé son plan. Mais il y avait les régionales et il fallait donner le change. Ca ne les a pas empêché de se prendre une veste.

    • @ bob razovski

      C’est à des remarques comme la vôtre qu’on comprend qu’un certain nombre de « libéraux » français sont simplement des gauchistes avec un costume différent.

      Face à un commentaire nuancé, argumenté mais pas 100 % aligné sur l’opinion majoritaire sur ce blog, vous procédez à des menaces de mort déguisées, assorties d’insultes.

      Arguments ? Zéro.

      Heureusement que vous êtes libéral, on aurait pu vous prendre pour un apprenti kaguébiste.

      • Pourquoi « apprenti » ? Vous me décevez. Quand je pense que Felix a été mon élève… J’ai dû perdre de ma gniak !

        Quant au fait que vous ne compreniez jamais rien… c’est inné ou vous faites des efforts ?

  6. Cherchant moi aussi des raisons d’être optimiste, j’ai le regret de dire que dans ce grand article – dont il ne s’agit pas de nier les qualités – je n’ai trouvé qu’une portion de phrase réconfortante.
    Permettez-moi de vous la soumettre dans la version que j’en ai faite : « Une couche supplémentaire de coercition, c’est vraiment la marque d’un pouvoir aux abois ! »

    • @Mildred : le gouvernement est-il aux abois ? Pour l’instant c’est nous, simples citoyens, qui sommes cloués au pilori. J’ai du annuler mes vacances parce que je refuse de vacciner mes enfants et que je ne me vois pas aller tout seul au restaurant et aux festivités. Ca va je m’en remettrai, j’ai déjà réservé à l’étranger il me faudra juste un test pour chacun de nous. Résistons à la brutalité instituée en politique.

  7. Je suis d’accord avec cet article.
    Il paraît aussi que dans la loi qui va être proposée il est prévu 45 000 euros d’amende et 1 an de prison pour les restaurateurs qui n’auraient pas vérifié le pass sanitaire de leur personnel et de leurs clients.
    Il y a des gens (vus à la télé), et dans les sondages, qui approuvent ces mesures.
    Comme dit E.Zemmour (oui je sais), les seuls à ne pas être obligés au pass sanitaire sont les policiers et les pompiers.
    Parce que le pouvoir macronien sait qu’il en aura besoin pour mater la révolte?

    • @Anne: le gouvernement sort le tout répressif. Il n’y aura pas de quartiers. A la fin on aura exactement les mêmes résultats que nos voisins mais on en aura sacrément bavé. Ras-le-bol de ces politiciens qui se prennent pour des hommes providentiels et qui imposent aux autres des mesures qu’eux-mêmes n’appliquent pas.

  8. Une obligation est quelque chose qu’on s’impose. Ici il s’agit d’imposer aux autres. La vaccination n’est donc pas obligatoire, elle est imposée et crée de fait un régime d’apartheid.

    Narcisse, pervers de son état, n’a pas supporté que les Français ne viennent pas lui dire leur amour pour lui aux récentes élections. Le petit mec qui a cinq ans d’âge mental a décidé de se venger en leur pourrissant.

    Encore dix mois à devoir supporter ce tas de m****.

  9. Je n’ai pas noté les sources qui indiquaient qu’il y avait eu plus de 10.000 morts en Europe suite aux vaccins et que ceux-ci auront terminé leur phase III en avril 2023. Le principe d’égalité et celui de précaution sont donc bafoués par le président de notre République. Qui représente t’il ?

  10. En dehors de ce pass sanitaire lorsqu’en son absence vous serez rejeté ou absent d’un lieu, d’un commerce, d’une réunion etc vous deviendrez « remarqué ». Vous n’aurez pas besoin d’une étoile sur votre revers ou de peinture sur votre devanture et que ce passera-t-il ensuite ?

    • @Goufio : espérons que le conseil d’état rejettera cette folie. Notez que le fanatisme français ne fait pas des émules : en Allemagne, Merkel a dit « Je ne pense pas qu’on puisse gagner la confiance en changeant ce que nous avons dit, c’est-à-dire pas de vaccination obligatoire »
      et :
      « en faisant de la publicité pour la vaccination et aussi en laissant autant de personnes que possible dans la population (…) devenir des ambassadeurs du vaccin à partir de leur propre expérience ».
      puis:
      « Nous n’avons pas l’intention de suivre la voie que la France vient de proposer. »

      Quand nos dirigeants comprendront-ils que la brutalité est contre productive et qu’elle tue la confiance?

    • Au 21 juillet, moins de la moitié des français seront vaccinés. Macron a commis un suicide politique en croyant reprendre la main. Il vient de personnellement pourrir la vie de la moitié des français en flinguant leurs vacances et leur rentrée. Même en septembre, un cinquième des français seront toujours dans la mouise par manque de vaccins …

      • @Deres : décidément je suis encore d’accord avec vous : il nous a bien pourri l’été parce qu’ainsi que vous l’écrivez peu de familles seront en mesure de disposer du pass vaccinal pour tout le monde. On ira au ciné sans les gosses ? J’espère que le ressentiment qui va s’accumuler se transformera en une vague de sanctions aux prochaines élections.

        J’ai déjà du annuler mes vacances en France ce mardi et illico j’ai réservé à l’étranger. Je serai juste obligé de faire un test à l’aller et un au retour et quand j’irai au resto je ne me sentirai pas coupable. En plus je pourrai emmener les enfants. Et après : boycott intégral de tous les lieux qui demandent le passeport intérieur.

      • @ Lionel

        « On ira au ciné sans les gosses ? »

        Excellente illustration de ce camp d’enfants gâtés qu’est devenue une bonne partie de l’Occident.

        On leur demande de bien vouloir bénéficier d’un vaccin extraordinairement efficace et gratuit qui est propre à empêcher des millions de morts et d’invalides, et ils hurlent à la dictature sous prétexte qu’ils ne pourraient pas, l’espace de quelques semaines, aller au cinéma sans leurs gosses.

        Après, d’ailleurs, avoir hurlé à la dictature parce qu’on obligeait un certain nombre d’entreprises à suspendre leurs activités… activités que la vaccination est justement apte à rétablir. Mais qu’importe la cohérence…

        Moi, moi, moi, mes gosses et moi, et tout pour ma gueule. Les autres peuvent crever.

        La majorité des pays de la planète, eux, hurlent à la mort parce qu’ils manquent de vaccins, et n’ont encore immunisé qu’une partie infime de leur population.

        Mais l’Occident repu, gavé, habitué à ce qu’on lui apporte tout sur un plateau, déshabitué des vraies épreuves de la vie, de la guerre, de la famine, de la torture, de la véritable oppression, crie au scandale sous prétexte que des enfants (bourrés d’écrans en tout genre à domicile et ailleurs) devraient se priver de cinéma l’espace de quelques semaines.

        Si tel est le plus grave de vos problèmes, alors vous êtes un sacré privilégié.

      • @Robert: si les russes étaient à nos portes ou si une peste emportait un tiers de la population je serais prêt à renoncer à ma vie quotidienne. Mais dans les circonstances actuelles, je ressens cette mesure comme vexatoire et punitive surtout s’agissant des jeunes qui de mon point de vue ne devraient pas être concernés. En tous cas pas de manière obligatoire et généralisée. Mais je confirme qu’on peut se passer du cinéma et que dans les six prochains mois nous allons boycotter tous les événements qui exigent le passeport intérieur. On s’en remettra. Par contre je suis dégoûté qu’on ait flingue mes vacances. Et non je ne pense pas que c’est égoïste.

  11. COMMENTAIRE 1

    Je ne le répéterai plus … cela deviendrait lassant … vous écrivez bien, vos articles – qu’ils m’intéressent ou non – sont dans une « finitude » parfaite … on vous imagine aisément écrivant à votre bureau adossée à une armoire miraculeuse remplie de dossiers glanés tout au long d’une vie professionnelle réussie.

    Vous vous contentez, ce me semble, de vous exprimer dans un blog. Si, journaliste, vous écriviez dans les journaux, on se remettrait à les lire, ce que je ne fais plus depuis plusieurs décennies.

    Vous êtes une libérale convaincue … cela ne me gène pas, je suis un nationaliste de stricte obédience … The Nation first ! Parfois nous cheminons sur les mêmes sentiers … souvent nous sommes sur des routes divergentes … ce monde est imparfait !

    Je regrette de vous découvrir aussi tard … la raison en est qu’un de mes amis cher avait été outrageusement malmené par vous, ma fidélité m’ayant contraint à vous ignorer.

    J’ajoute que je suis surpris du petit nombre de commentateurs que vous attirez quand je considère le succès en nombre rencontré par certains blogs dont les patrons sont des farceurs, des opportunistes ou des rêveurs ! Ou de simples orgueilleux qui ont perdu pied.

    Note. Je suis un vieil homme, un scientifique. J’ai mes 2 vaccins Pfizer. À l’automne j’espère avoir mon troisième, si Dieu le veut!

    • @Behenzar de Cunes : oui vous avez raison sur Nathalie, elle aurait sa place dans les meilleurs journaux et si elle y écrivait on les lirait plus souvent. Ca fait des semaines que je me casse la tête pour savoir à quel journal je vais m’abonner et j’en ai aucune idée. Je suis un grand nostalgique des Echos des années 90 et j’aimerais tellement pouvoir retrouver le même plaisir de lecture. J’ai vu que Beytout a fondé l’Opinion mais le fait de savoir que ce journal est subventionné me refroidit.

      J’ai vu que vous allez prendre votre 3ème dose, grand bien vous fasse. Et n’oubliez pas le geste barrière indispensable : éteindre la télé.

  12. En prenant ce genre de décision, les membres du gouvernement prennent à mon avis un risque personnel, qu’ils n’ont pas imaginé ( ils ne sont pas si malins que ça), ou auquel ils croient à tort pouvoir échapper : un père de famille qui va voir un membre de sa famille mourir des suites de la vaccination ( ça arrivera inévitablement) pourrait bien être tenté de régler ses comptes hors la voie judiciaire. La baffe à Macron montre qu’il est impossible, dans la réalité, de prévenir un attentat.

    • @Phil: sans aller jusque là on peut imaginer que beaucoup de parents vont être bien énervés de ne pas pouvoir emmener les enfants en sortie. Sans compter l’agacement d’avoir été traité avec un tel mépris. Quand on pense que tous ces politicards juraient la main sur le coeur que le passeport intérieur ne concernerait pas les activités du quotidien. Et c’était il y a quelques semaines seulement. J’aurais honte de dire le dixième de leur mensonge.

  13. « Non, il ne va pas le faire…Et bim, il le fait »

    J’ai souvent entendu et nous nous sommes souvent demandés comment nous nous serions comportés en 1940. Passivité, évitement, résignation, collaboration ou résistance ? La réponse, c’est maintenant.
    Accepter le Pass sanitaire et la vaccination obligatoire, c’est collaborer avec l’indicible. Se rendre dans un lieu public accessible aux seuls détenteurs du Pass de la honte, c’est accepter la fracturation du Peuple français.

    Ces dernières années nos gouvernements, à chaque occasion, ont développé une addiction sécuritaire, l’esprit de résistance parait s’endormir et ce n’est pas très rassurant. De plus beaucoup de français sont arrosés d’argent public (indemnités et compensations diverses) pour maintenir un niveau de vie moyen aussi potable que possible. Du coup ils ne sont pas du tout intéressés pour agir, reprendre le travail (c’est actuellement flagrant dans tous les métiers de l’hôtellerie ou de la restauration par exemple), ou réagir, anesthésiés qu’ils sont par ces drogues diverses.

    Demain la liberté, l’état de droit, bref notre modèle de société, ne seront peut-être plus que des vagues souvenirs.
    C’est certain, il y aura ceux qui ont tout cautionné, même par leur passivité, et ceux qui auront dit non.
    Mais en tout cas à moins d’un sursaut, ce ne sera plus jamais comme avant et toutes les occasions, évènements terroristes, sabotages, défit sanitaire, auront une réponse autoritaire pas forcément efficace mais restreignant un peu plus notre liberté puisque ça aura marché cette fois-ci !

    • @Tino: oui c’est clairement un test démocratique, je pense que beaucoup de gens mesurent l’importance de la situation. Même si je ne partage pas la comparaison avec 1940 je comprends ce que vous voulez dire et j’approuve.

  14. Le plus incroyable c’est que nous sommes encore en état d’urgence…et que l’on fait encore des « conseils de guerre sanitaire ». Même la Chine n’est pas en état d’urgence. Oui, nous sommes en dictature, car l’état d’urgence permet au Président de gouverner par décret si le parlement ne lui convient pas. Le plus risible c’est que l’on envisage de proroger l’état d’urgence jusqu’au 31 décembre 2021. Pauvre France.

    • @sidewinder: on se demandait pourquoi le gouvernement se réunissait en conseil de défense aux délibérations secret défense. Fallait-il berner le virus, se méfier de la 5ème colonne? On sait désormais que c’est l’ennemi interieur qui était visé.

  15. Il faut quand même savoir que les vaccins à ARN messager. Existent depuis un certain temps contre des cancers comme celui de la prostate et qu il y a eu des publications scientifiques qui ne mentionnent pas d effets secondaires mortels,alors vouloir faire croire aux légendes urbaines qui, y a des effets secondaires mortels me semble être due la désinformation que soit disant vous combattez

    Par contre pour le Pass sanitaire obligatoire cela me choque même si les vaccins obligatoires ne sont pas une invention de ce gouvernement mais peut être vu comme un problème de santé publique
    Car refuser de voir que la vaccination à fait disparaître certaines maladies est une grave erreur
    Mais pour une maladie style coronavirus on peut en douter car la grippe par exemple même avec la vaccination n’a jamais disparue.Mais ne pas se faire vacciner quand on est une personne à risque pour moi est impardonnable.Pour les autres personnes il est sûr que le risque de létalité est minime par contre des séquelles sont réelles et je connais des gens jeunes que en ont eu surtout pulmonaire et donc cette maladie ne se résume pas à la létalité on ne peut l ignorer et je crois que c’est ce type d’arguments dont il faut user pour convaincre plutôt qu’un pass sanitaire.

    Par contre il me semble pas choquant que l on réclame aà certaines professions l obligation vaccinale qui existe d ailleurs déjà pour d autres vaccins sans que cela soulève une protestation quelconque

    Quand à crier à la dictature il faut je crois faire attention à ce que l’on dit car comme le dit le dicton à force de crier aux loups le jour où cela arrive plus personne n écoute

    • « vouloir faire croire aux légendes urbaines qui, y a des effets secondaires mortels me semble être due la désinformation que soit disant vous combattez. »

      Si jamais c’est à moi que vous vous adressez, merci de noter que je n’ai pas parlé une seule seconde des effets secondaires des vaccins. Comme je l’ai dit, je suis vaccinée deux fois et mon opposition au pass sanitaire n’a rien à voir avec les positions des antivax.

      • Dans mes commentaires vous n’êtes pas visés car même si je suis parfois en désaccord avec vous ,vous n’êtes jamais dans l exagération ou dans les informations fausses qu’usent certains de vos interlocuteurs

  16. Le Covid a des effets méconnus. Il provoque des crises de délire… chez les bien-portants. Ils ont des hallucinations. Ils se croient dans la France occupée des années 40, ils se prennent pour des résistants. Certains autres s’imaginent vivre dans la pire des dictatures… Reveillez vous ! On est dans un pays où 18 mois après l’apparition d’un virus qui tue les plus faibles on dispose d’un vaccin auquel tout le monde a accès gratuitement, sans condition. Et même si c’est difficile à comprendre pour un libéral, le comportement de chacun d’entre nous a une influence sur la bonne santé du groupe. Alors comme la liberté totale ne conduit pas à la sagesse et à la responsabilité de chacun (il n’y a qu’à regarder comment se comportent certains dans les espaces publics ou simplement les stades bondés notamment en Russie et en Angleterre pendant l’Euro de foot) Macron essaie de limiter la circulation du virus. Il n’est pas responsable de son apparition. Quelle que soit sa mortalité actuelle sa circulation augmente les risques de mutations et d’apparitions de variants potentiellement plus dangereux. Ca entraîne des contraintes et des déconvenues, mais il ne faut pas confondre les responsabilités, celles du virus et celles de Macron. En matière de prévention quand on prend des mesures et qu’il ne se passe rien, tout le monde râle parce qu’on en fait trop. Mais lorsqu’un drame survient, tout le monde accuse qu’on n’en a pas fait assez. Le chemin est étroit.
    Vous êtes dans un pays libre, démocratique, cultivé dont témoigne l’existance de ce blog. A trois on on se réveille .. un, deux, CLAP !!!

    • Et vous, vous faites partie de ces gens tellement convaincus de détenir le « bien » qu’ils ne voient aucun problème à utiliser la force contre ceux qui ne pensent pas comme eux.
      Je répète : ce n’est pas contre la vaccination que j’en ai, mais contre l’obligation qui est une déchéance de principe de l’Etat de droit et qui en plus ne s’impose nullement sur le pan médical.

      Merkel (rapporté dans la presse hier) :
      – « Nous n’avons pas l’intention de suivre la voie que la France vient de proposer ».
      – « Je ne pense pas qu’on puisse gagner la confiance en changeant ce que nous avons dit, c’est-à-dire pas de vaccination obligatoire.  »
      – La dirigeante allemande a conseillé, pour convaincre les récalcitrants à la vaccination, de « discuter tous ensemble, en famille, au travail, dans le club de football, partout où les êtres se connaissent et se font confiance ». Voilà.

      • Le « bien » est une chose que je me garde de prétendre détenir. C’est un sujet philosophique qui m’intéresse par ailleurs mais mon commentaire se limite à exprimer mon avis dans un concert de propos qui me paraissent outranciers et avec lesquels je suis en désaccord.

      • Je comprends vôtre position étant moi-même contre toute obligation liberticide,mais dire que sur le pan médical elle ne s impose pas c’est un peu oublié les séquelles de la maladie qui ne se résument pas à la létalité
        Ce qui est sûr la façon brutale qu’use le gouvernement me choque aussi car sans parler de dictature ce qui me choque ,on peut ignorer que c’est liberticide
        Et en effet pour moi on ne peut en user de mesures liberticide que pour des raisons impérieuses même si cela choque mes convictions, comme par exemple le port de la ceinture obligatoire en voiture que plus personne ne conteste au vu des vies sauvées
        Dans le cas actuel la raison impérieuse est bien loin d’être évidente.

      • « Je comprends vôtre position étant moi-même contre toute obligation liberticide,mais… »

        mdr « le libéralisme mais… » 😀

        «…comme par exemple le port de la ceinture obligatoire en voiture que plus personne ne conteste au vu des vies sauvées tout le monde met pour conserver les points de son permis. »
        Perso j’aimerais bien le côté darwinien en laissant la liberté de choix sur le port de la ceinture.

    • @Herederien: je suis entièrement d’accord avec la réponse que vous a faite Nathalie et je voudrais parler maintenant de la méthode. Il y a un mois lorsque le gouvernement a fait passer la loi de sortie de crise sanitaire il n’a jamais été questions des mesures annoncées le 12 juillet. Bien au contraire, tous les ténors de la majorité se sont empressés de jurer que jamais le passe sanitaire ne serait utilisé dans la vie quotidienne. Pourquoi un tel revirement ? Serait-ce parce qu’entre-temps il y a eules élections régionales? Quel cynisme, vraiment.

      Voila bien la méthode Macron : mensonges éhontés avant les élections, brutalité sans scrupules après. Aujourd’hui vous vous en réjouissez s’agissant des vaccins. Demains vous le regretterez lorsque c’est vous qui serez concernés. Et croyez moi, vous serez concernés à un titre ou à un autre.

      • Je vis dans le même pays que vous, j’ai des enfants comme vous, ma famille est exposée comme la vôtre au virus et les mesures qui viennent d’être prises vont perturber la vie et les vacances de ma famille comme vous. Donc je suis concerné et je trouve déplacé le « … demain quand vous serez concerné… ». On est tous dans le même bateau. Vous semblez dire aussi que je me réjouis de la situation. Comprenons nous, je me réjouis de vivre à une époque et dans un pays où un vaccin efficace a pu être élaboré en 18 mois et dont tout le monde peut bénéficier. On oublie cette chance que nous avons. Je pense aussi à ceux qui dans le monde n’en disposent pas.
        Ensuite, derrière le revirement du gouvernement il y a bien entendu de la stratégie politique. Mais pensez vous vraiment qu’un autre gouvernement aurait agit différemment ? J’en doute.

      • @herederien: si vous doutez qu’un autre gouvernement eut pris une décision différence alors je vous invite à regarder autour de vous, dans les autres pays d’Europe et vous verrez que les mesures sont diverses.

        Vous écrivez par ailleurs que vous êtes impactés négativement par les mesures. Pour ma part j’aurais préféré qu’on m’en parle avant, au moment de la loi de sortie de crise qui a été adoptée il y a seulement un mois. Ca nous aurait laissé un peu de temps pour se retourner. Cela fait des mois que l’on parle du variant indien. Vous ne trouvez pas qu’il y a un virage à 180 degrés entre la loi de sortie de crise et ce qu’on vient de nous annoncer alors que c’est le même gouvernement à un mois d’écart ?

        La méthode pose problème. On promet la douceur avant les élections et une fois qu’elles sont passées on tape un grand coup. C’est pour ça que je suis préoccupé. Ca promet de beaux jours après l’élection de 2022. Est-ce que vous avez vu les déclaration de la rapporteuse Mme Braun-Pivet à l’assemblée, jurant que jamais au grand jamais le passe sanitaire serait demandé dans les activités quotidiennes. Ce n’est pas une nouvelle assemblée c’est la même !

        Sur le fond, c’est surtout contre la vaccination des enfants que je me bats. J’y suis farouchement opposé. Je comprends et j’admets que vous soyez d’un avis opposé, ça ne fait pas de vous un ennemi, je tiens à le préciser. Je trouve que les enfants ont beaucoup payé, inutilement d’ailleurs, avec toutes les mesures coercitives. Exemple: ils portent tous le masque en classe, mais au bout de 5min si la salle n’est pas aéré le masque ne protège plus. Il aurait fallu installer des systèmes de ventilation comme cela se fait dans les salles d’opération (et en Allemagne aussi).

    • @Herederien: S’agissant de Merkel, elle a choisi la voie de la responsabilité et elle n’a pas changé d’avis en cours de route pour prendre tout le monde de court, car un des effets de la décision inattendue de Macron c’est qu’elle prend beaucoup de gens par surprise.

      Merkel a-t-elle eu raison comme vous le demandez? Je ne poserais pas la question en ces termes parce qu’à la fin je suis persuadé que tous les pays européens auront à peu prés les mêmes résultats. En France nous avons choisi la méthode dure : contrainte, coercition, exclusion sociale des récalcitrants. Pourquoi pas. Mais ce serait une illusion de croire que c’est pour des raisons sanitaires.

      On peut se comparer avec ce qui se fait dans les autres pays de l’OCDE. Ou au moins en Europe. L’IFRAP en parle ce matin : https://www.ifrap.org/europe-et-international/pass-sanitaire-et-vaccination-le-tour-deurope. Nous avons l’approche la plus punitive. Je dirais que c’est un peu dans notre ADN, nos dirigeants sont depuis longtemps qu’il faut taper fort et bien cliver la société pour avoir de bons résultats. Je crois exactement l’inverse.

    • macron n’a jamais essayé de limiter la circulation du virus. je vous invite à relire ses propos de début de crise, il y a 1 an et demi. la France était même « à l’abri » et ne verrait jamais le virus arriver sur le territoire.

      macron a, par contre, parfaitement empêché tout médecin de soigner, toute personne de se protéger (l’interdiction des masques…), et au passage mis par terre l’économie libérale (en la mettant sous perf étatique définitive) grâce à des amoncellements de lois et de décrets tous plus iniques et stupides les uns que les autres.

      Toutes les décisions prises sont allées à l’encontre du bon sens.

      Alors certes, il n’est pas responsable de son apparition (et je ne pense pas que quelqu’un ici ait dit une chose pareille), mais il est clairement responsable de cette débâcle et des multiples cassures qui ne résultent.

      Il y avait là une chance inouïe pour un dirigeant de grandir son peuple, en lui faisant confiance. Il a préféré opter pour une voie bien moins reluisante mais sommes toutes bien énarchique : tout en mépris, autoritarisme et paternalisme bas de gamme.

      Ce minus accumule les bourdes comme un « frequent flyer » les miles, et aujourd’hui, faudrait le suivre les yeux fermés sur la question du vaccin ? Autorisez donc quelques habitants de ce pays à émettre des doutes, ce qui étrangement, devient de plus en plus dur, pour ne pas dire « censuré ».

      • @bob razovski: vous pointez un autre aspect du dossier à savoir que le gouvernement fait tout pour accuser une partie de la population alors que tout le monde a joué le jeu y compris lors des périodes d’enfermement. Et vous rappelez avec justesse la période où les soignants devaient eux-mêmes fabriquer leurs masques et combinaisons, ces dernières à base de sacs poubelles.

        S’agissant de la désignation de l’ennemi intérieur, je pense que c’est un jeu dangereux qui crée la division et sème la haine. Désigner une partie de la population à la vindicte populaire est le genre de pratiques qui ne correspondent pas à cet esprit des lumières dont certains se réclament.

  17. Aux Zuns et Zaux Zautres,

    Si l’on en croit à ce qui se dit 96 % de ceux qui viennent de se le choper n’étaient pas vaccinés.

    Si, après ma troisième injection je vous dit mes adieux définitifs il me restera l’honneur de rejoindre dans l’Histoire le petit garçon mordu par un renard qui fut traité par Pasteur.

  18. Un peuple qui s’est déjà attrapé l’Immigration pourra-t-il maîtriser Madame Covid.

    – C’est grave Docteur ?

    – La première n’est qu’humaine mais la seconde – qui se situe à l’origine de la vie – est d’ordre divin.
    Une épidémie pourrait éradiquer l’espèce humaine … ça s’est déjà vu pour d’autres.

  19. @Lionel
    « Voila bien la méthode Macron : mensonges éhontés avant les élections, brutalité sans scrupules après. »

    Le problème est qu’on se fait avoir, à tous les coups.
    Est-ce qu’on est vraiment stupides ou la com est bien faite »?

    Mon médecin m’a dit d’attendre pour le vaccin, sachant qu’actuellement on a plus de chance à Paris de mourir percuté par une trottinette que du Covid. Ce serait bête.

    • @Anne: oui on est bien d’accord. Jusqu’à présent, cette vaccination devrait être décidée au cas par cas dans le dialogue privé avec le médecin, comme vous l’avez fait.

      Vous posez la question de savoir si nous sommes condamnés à élire des candidats qui une fois au pouvoir ne font pas ce qu’ils ont dit et font ce qu’ils n’ont pas dit. Je n’ai pas la réponse à cette question et parfois je doute qu’on s’en sorte jamais. Quand on voit le suivisme des médias, l’ultra-conformisme des dirigeants, et la passivité de la population, il y a de quoi s’inquiéter. Mais il faut lutter, si ce n’est pour nous au moins pour les suivants.

      Ce passe sanitaire est un véritable cheval de Troie. C’est maintenant ou jamais qu’il faut l’arrêter.

    • Non. Le vrai libéralisme, c’est que si on se plante avec ses enfants, on n’en fait pas porter à la société le poids de ses choix. En un mot : assumer.
      Le libéralisme est une pièce à 2 faces : liberté / responsabilité.
      Un truc difficile à comprendre de nos jours.

      • @bob razovski: bien vu ! Je trouve que la comparaison avec la ceinture de sécurité est mal venue. La ceinture n’est pas un produit actif qu’on injecte dans le corps. Une fois qu’on est sortis de la voiture c’est fini. Mais bon, il faut bien justifier le tournant autoritaire.

  20. Lionel vous me faites dire des choses que je n’ai jamais dit .Merci de ne pas traduire ma pensée à vôtre convenance.Pour ma part Rémy je le dis bien dans le cas de la vaccination je suis pour l argumentation et je pense pour ma part qu’il y a de nombreux arguments pour la vaccination autres que celui de la létalité
    Je dis simplement que dans certaines circonstances qui ne sont pas à l heure actuelle pour moi celles de la vaccination .
    Même si pour certaines professions on peut se poser la question ,mais pour moi cela devrait être débattu et non imposé par l exécutif
    Mais je suis sûr que dans un tel cas certains diraient que l exécutif ne prend pas ses responsabilités .
    Et je pense qu’il faut parfois prendre des décisions liberticides comme le port de la ceinture .J’ai pris cet exemple car à l époque j’ai connu des gens qui poussaient des cris car c’était une atteinte à leur liberté .

    • @Cleo: j’ai déjà entendu l’argument de la ceinture, il vient de Claude Cot, et cette comparaison ne me convainc pas. Que vous portiez ou non la ceinture, personne ne vous demande une attestation lorsque vous voulez aller au cinéma, au restaurant, etc. Et comme je l’écrivais, il n’y a aucun effet secondaire prouvé de la ceinture. De fait, le débat sur la ceinture a vite tourné court dans les années 70.

      Mais cet exemple n’est pas anodin. C’est ce que j’appelle l’argument des « platistes », vous savez la mise en avant de ces gens qui croient que la terre est plate. Pour décrédibiliser l’opposition on la compare à des combats d’arrière garde indéfendables, c’est tellement commode. Ils avaient déjà utilisé cette méthode avec succès dans les années 90 en utilisant cette fois la scientologie, vous vous souvenez de tous ces documentaires en caméra cachée dans la secte ? Eh oui, il y avait un objectif, je pourrais vous en reparler si vous le souhaitez.

      La vaccination obligatoire ? Pourquoi pas. Mais qu’ils aient le courage de la décréter au lieu de mettre en place le passeport sanitaire, ce cheval de Troie dont on se souviendra encore longtemps et qui constitue la principale ligne rouge avec l’obligation vaccinale des ados. J’espère que le conseil d’Etat retoquera le passe sanitaire, une mesure dont il avait expressément dit qu’il ne l’accepterait pas.

      La seule bonne nouvelle c’est la fin de la gratuité des tests PCR qui va mécaniquement diminuer le nombre de « cas » à partir de septembre. Les statistiques vont chuter et avec elle l’hystérie et la peur. L’inconvénient c’est que le gouvernement va attribuer la diminution du nombres de cas à sa politique coercitive. Côté propagande, il pourra compter sur l’indéfectible soutien de ses courtisans, de BFM, des autres médias subventionnés et des professionnels perclus de conflits d’intérêts. Ne perdons pas de vue qu’en ce moment TOUT est subordonné à la réélection.

  21. Comment lutter contre cette « covidémence » ?
    Manifester pacifiquement, dans la rue, finalement, n’apporte plus rien.
    D’autant qu’aujourd’hui, la police devenue politique, sur ordre d’un Etat de plus en plus totalitaire ne prend plus de gants, et ne fait plus de différences entre les revendications, qu’elles soient légitimes ou pas, faite par des vieux, des femmes et des enfants ou des casseurs : tous aveuglément gazés, flashballisés, matraqués.
    Peut-être que la revendication de votre désaccord doit trouver d’autres alternatives, une nouvelle façon de s’exprimer.
    Mais pour cela, il faut changer ses petites habitudes, abandonner son petit confort matérialiste, il faut surtout modifier radicalement sa façon de voir les choses, et avoir la ferme volonté de changer sa façon de vivre, de s’y tenir, et pour cela il faut adopter un nouvel état d’esprit.
    Le « Pass sanitaire » ne vous empêche pas de vivre, il sclérose un peu plus l’individu déjà bien formaté par tous les pièges tendus par cette Société « humaniste » et « égalitaire », déténue par une poignée de fous qui, à terme, veulent transformer l’humanité en robots (esclaves), pour les servir. C’est, entre autres, ce que cache le voile de tous les discours prosélytes du « progrès » par le transhumanisme, tels que ceux, par exemple, de l’agent du systéme, Laurent Alexandre. il faut dire que, à l’ère de l’I.A. et de l’informatique, beaucoup se prennent pour des robots. Or, les robots ne vivent pas. Ils n’ont pas d’intériorité. Ils ne connaissent qu’une loi, celle des tyrans qui les manipulent.
    Donc, au lieu de perdre votre temps dans les manifestations, et courir des risques pour pas grand chose, réinventez simplement votre vie.
    N’obligez pas vos enfants à porter un masque : ne les mettez plus dans les écoles qui l’obligent. De toutes façon, l’école n’est plus qu’un lieu de désinstruction. Quel que soit le niveau d’instruction qu’ils auront atteint, des parents aimants seront toujours, pour l’essentiel, de meilleurs enseignants pour leurs enfants.
    Ne portez plus de masque vous mêmes, sauf dans le cas, malheureusement, où vous êtes obligés, en raison de l’éloignement de votre lieu travail, de prendre les transports en commun qui l’imposent encore.
    Il est vrai que le problème du masque reste entier si vous devez consulter un médecin et se rendre chez un pharmacien ou dans un labo, ces nouveaux millionnaires et complices du Covid qui ne souhaitent pas que le « jackpot » s’arrête.
    Vous ne pouvez plus aller au théatre au cinema, au musée, ça n’est pas grave d’autant que la culture actuelle, surtout celle des masses, c’est de la M…. ! En attendant que ça aille mieux, faites votre programme culturel vous-même, sans vous déplacer et sans pub, avec le net : vous trouverez un choix immense et de véritables trésors en surfant un peu.
    Ne faites plus vos courses alimentaires sur place, cela évitera une épreuve psychologique, souvent intense d’ailleurs : faites-vous livrer. Si ça n’est pas possible, faites vos courses chez les petits commerçants de proximité que le masque, souvent, rebutent : d’une part vous ne serez plus tenté de prendre n’importe quoi, et d’autre part vous n’acheterez que l’essentiel, d’autant que les fruits et légumes sont souvent de meilleure qualité que dans les supermarchés car provenant de la production du terroir. Tout le monde y gagnera.
    Sortez de ce formatage de « l’homo consommatus » qui a été mis en place depuis la révolution ténébreuse, matérialiste et marchande du XVIIIème siècle, et amplifié grâce à la mise à dispostion des annonceurs et héritiers des « ténèbres », de décennies de temps de cerveaux disponibles via la télévision et la radio.
    En même temps, en vous émancipant de ce piège audio-visuel subliminal, vous ferez des économies en arrêtant de cumuler incessamment toutes les conn..ies inutiles que vous achetez compulsivement sans savoir réellement pourquoi, et qui remplissent vos maisons et vident votre compte en banque.
    Rappelons que le Bonheur n’est pas ce qu’on a, mais ce qu’on est.
    Avec tous les « temples » de la consommation qui ont fleuri un peu partout, les gens ont oublié les promenades en forêt qui ne coutent rien, au mileu de cette belle Nature qui fait du bien à l’âme, et préfèrent passer leurs week-end (c’est le « progrès » du travail le dimanche) dans les centres commerciaux.
    La Société est le reflet de l’humanité.
    Changez votre manière de voir, révolutionnez vos vies, et vous changerez la Société.
    BLOG : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/

  22. Où l’on constate, une fois de plus, que la pandémie fait dérailler les meilleurs esprits. Votre article, malheureusement, abandonne les rivages de la raison et des faits où vous êtes solidement arrimée ordinairement, pour voguer sur les flots déchaînés du militantisme et de l’irrationnel.

    On peut, certes, être opposé à la vaccination obligatoire des soignants et au passe sanitaire ; encore faut-il employer des arguments recevables, et s’appuyer sur des faits exacts.

    Votre principal argument, presque le seul, est l’atteinte à la liberté. Ce n’est pas sérieux. Votre article est absurde sur le plan philosophique.

    Dire cela, c’est postuler par principe, comme vous le dites explicitement, que « la liberté, c’est l’absence de coercition ». Autrement dit, dès qu’il y aurait coercition quelle qu’elle soit, il s’agirait d’une inadmissible atteinte à la liberté.

    C’est évidemment absurde. A cette aune, prévoir des peines d’emprisonnement pour les meurtriers serait une intolérable atteinte à la liberté.

    De même, pour prendre une analogie plus précise, puisque les mesures qui nous occupent relèvent plus de l’obligation que de l’interdiction, contraindre les distributeurs d’eau courante à désinfecter leur produit avant de le mettre dans les tuyaux serait, aussi, une intolérable atteinte à la liberté.

    Ériger la liberté en absolu est absurde : la liberté de chacun s’arrête là où commence celle des autres.

    En l’occurrence, la liberté de chacun de ne pas être vacciné (ou d’aller au restaurant, etc.) s’arrête là où commence la liberté d’autrui de ne pas mourir du Covid, de ne pas en devenir invalide jusqu’à la fin de ses jours, etc.

    On voit donc qu’il n’est pas possible de se déclarer opposé aux récentes mesures par principe, au nom de la liberté.

    La seule question qui vaille est : quels sont les objectifs à atteindre, et quelles sont les mesures appropriées à cet effet ?

    L’objectif est évidemment l’éradication de la pandémie. A partir de là, il va falloir se lancer dans une discussion horriblement ennuyeuse, à base de considérations scientifiques.

    Lesquelles sont pratiquement absentes de votre article. Celles qui s’y trouvent ne sont pas pertinentes.

    Vous suggérez qu’il suffirait de vacciner les personnes les plus à risque. Ce n’est pas le cas. Les personnes les moins à risque sont tout aussi capables de transmettre le virus, et doivent donc aussi être vaccinées.

    Vous affirmez que la situation britannique est bonne, et devrait nous inciter à relâcher nos efforts ; mais ce n’est pas l’avis de 1 200 scientifiques britanniques et étrangers, qui viennent d’adresser une pétition à la revue Nature pour affirmer que la levée des restrictions, dans ce pays, menace le monde entier :

    https://www.theguardian.com/world/2021/jul/16/englands-covid-unlocking-a-threat-to-the-world-experts-say

    Vous ajoutez un procès d’intention : le but du gouvernement ne serait pas tant de lutter contre la pandémie, que de restreindre de plus en plus la liberté. En sorte que même si les mesures actuelles étaient acceptables, elles devraient être combattues, car elles conduiraient inéluctablement à d’autres qui seraient pires.

    Cet argument est évidemment inopérant. A cette aune, il ne faudrait pas emprisonner les meurtriers, parce que si ça se trouve, le gouvernement finirait par emprisonner les opposants politiques.

    Vous glissez une exagération manifeste, déformant les faits au point de les rendre imaginaires : vous prétendez que le passe sanitaire conduit, pour les non-vaccinés, à « la privation de toute vie sociale », et même « à la privation de toute vie tout court ».

    Donc, si on ne va pas au restaurant, au cinéma ou au centre commercial, on n’a pas de vie sociale ? Moi je croyais que la vie sociale, c’était surtout de voir sa famille et ses amis… Je n’insiste pas sur la « privation de la vie tout court », qui vous ravale au rang des gueulards de la CGT, lesquels hurlent « on nous tue » dès qu’on déplace une corbeille à papier dans le bureau d’un fonctionnaire.

    Le plus piquant est que vous ne citez jamais la contrainte la plus forte annoncée par Emmanuel Macron, à savoir l’obligation vaccinale pour les soignants. (Rappelons qu’il n’est pas obligatoire de se faire vacciner pour avoir le passe sanitaire : il suffit d’avoir un test négatif.)

    Sans doute parce qu’il est difficile, moralement, de s’y opposer. Le scandaleux refus vaccinal d’un nombre important d’employés de santé non médecins constitue une atteinte directe à la liberté de tout un chacun de ne pas voir sa vie menacée par l’irresponsabilité d’autrui.

    Tout bon libéral soutient le licenciement des contrôleurs aériens grévistes par Ronald Reagan. Comment, à plus forte raison, tolérer que restent à leur poste des soignants non vaccinés contre le Covid ?

    Il est d’autant plus regrettable de céder à la démagogie et aux slogans faciles sur ce terrain, que cela empêche de dénoncer les vrais problèmes posés par cette annonce : son impréparation, l’injonction contradictoire découlant de l’impossibilité de se faire vacciner à temps, l’impossibilité de trouver, sur les sites officiels, une information complète et à jour sur les délais induits par chaque vaccin…

    Il est d’autant plus important de garder son sang-froid dans ce débat, que trois centres de vaccination viennent d’être vandalisés. Voilà des gens qui semblent moins soucieux de leur liberté de ne pas se faire vacciner, que d’attenter à la liberté des autres de le faire. En se livrant à des incendies volontaires, ni plus ni moins…

    Pour finir, je cite cette remarque fort judicieuse d’Hela Daboussi, lors de L’Heure des Pros sur C-News : « Ce n’est pas parce que nos dirigeants politiques ne sont pas parfaits que nous devons mettre notre santé en danger ».

    Il ne faut pas laisser les passions politiques dévoyer un débat qui est, avant tout, scientifique et médical.

    • D’abord ce qui est irrationnel c’est que les vaccinés aient peur des non vaccinés. Si vacciné, on a toujours peur, alors j’ai peur d’être vacciné.

       » contraindre les distributeurs d’eau courante à désinfecter leur produit avant de le mettre dans les tuyaux serait, aussi, une intolérable atteinte à la liberté. »
      Non mais là, ils sont payés pour faire un boulot qui consiste à fournir de l’eau potable. S’ils considèrent que c’est une astreinte à la liberté, ils sont justement libres de faire un autre boulot !

      « il ne faudrait pas emprisonner les meurtriers »
      Donc tous les opposants sont des meurtriers, de qui, des vaccinés ou des non vaccinés ?

      « Tout bon libéral soutient le licenciement des contrôleurs aériens grévistes par Ronald Reagan. Comment, à plus forte raison, tolérer que restent à leur poste des soignants non vaccinés contre le Covid ? »
      Gros malin des contrôleurs aériens (fief CGT) il y en a bien trop avec de gros salaires et plein de congés et leur nombre source d’erreurs et de retards alors que les soignants sont de plus en plus rares !
      https://www.cairn.info/revue-natures-sciences-societes-2015-4-page-408.htm
      Même que ça ferait croitre le trafic européen mais ce serait mauvais pour les émissions de gaz à effet de serre ou comment se tirer une balle de plus dans le pied.

      Malheureusement il n’y a que du politique et plus rien de scientifique ou de médical dans ce passe sanitaire, c’est bien le problème !

  23. À l’argumentaire conséquent de Robert Marchenoir j’ajouterai la dimension spirituelle. Une épidémie ne concerne pas les citoyens, les contrées, les mœurs … elle s’adresse à l’Humanité. Elle pourrait l’éradiquer.

    Face aux « affres » des amateurs de prélassement aux terrasses de bistro pointe la disparition toujours possible de l’espèce humaine.

    Force est de constater que l’homme « sans dimension » se comporte de plus en plus de manière exécrable.
    Il doit se servir de son intelligence, elle lui a été donnée pour cela !
    Face au virus sa responsabilité est totale …

  24. Ce 24 juillet, les manifestations ont rassemblé encore plus de monde que la semaine dernière, environ 160 000 selon les chiffres de la police. L’autre bonne nouvelle c’est que dans leurs compte-rendus les médias ne parlent plus « d’activistes anti-vaxx » mais évoquent plutôt l’opposition au passe sanitaire, ce qui est plus conforme à la réalité. Il y a encore pas mal de désinformation, comme par exemple ce sondage commandé par BFM TV et selon lequel une écrasante majorité des français serait favorables aux mesures gouvernementales. Mais on sent que quelque chose a bougé, c’est déjà bon signe.

    Il faut dire que le cadenassage du « débat » au parlement a donné une image désastreuse du passage en force du gouvernement. Les bonnes nouvelles viennent du sénat où on a voté contre le passe sanitaire en extérieur et contre son application pour les mineurs. Hallelujah ! Il reste une faible raison de ne pas perdre foi en nos institutions, même si je le reconnais je préférerais un rejet pur et simple ! Espérons que ces mesures seront conservées dans le projet de loi définitif, ce serait un moindre mal.

    Et toujours ce sentiment de vivre un moment historique.

Laisser un commentaire