Manuel VALLS ou les tribulations d’un AMBITIEUX sans qualités

Cet article doit se lire – j’insiste – comme la suite de « Manuel Valls : com’, ambition et coups de menton », portrait que j’avais écrit en décembre 2016 alors que l’ex-ministre de l’Intérieur puis Premier ministre de François Hollande venait de quitter Matignon pour participer à la primaire de gauche en vue de l’élection présidentielle de 2017.

De vrais-faux départs en vrais-faux retours entre le PS, LREM, Évry, Paris et Barcelone, Manuel Valls n’en finit pas de nous distraire. Depuis son monumental plantage face à Benoît Hamon lors de la primaire de gauche de 2017, on le voit chercher fébrilement le parachutage politique en vue qui rendrait enfin justice à l’immense expérience du pouvoir qu’il se décerne volontiers. Mais pour l’instant, c’est le tapis du flop et de la franche rigolade qui se déroule sur son passage.

Aux dernières nouvelles, il ne s’est jamais senti aussi français, aussi amoureux de la France, aussi redevable à la France de tout ce qu’elle a fait pour lui… et aussi disponible pour se rendre « utile ». Après tout, confiait-il récemment en toute simplicité à Paris Match, « la politique est une affaire de pros, et je ne sais rien faire d’autre ». Un cri du cœur qui ne pouvait trouver à s’exprimer que dans un livre mi-testament mi-recherche d’emploi style « Ma vérité by Manuel » comme les politiciens aiment à en produire aux moments charnières de leur brillante carrière :

« Aujourd’hui, il me semble que les Français sont plus nombreux à m’écouter. Ai-je un rôle à jouer, je le pense. Suis-je à même de défendre l’idéal auquel je crois, une civilisation démocratique, laïque et tolérante ? J’en suis convaincu. »

.
L’opus du jour, d’où est tirée la citation ci-dessus, s’intitule « Pas une goutte de sang français – mais la France coule dans mes veines » et décline en long, en large et en travers la passion française de l’auteur à travers un lourd empilement de sublimes références littéraires et politiques (qui feraient presque oublier qu’il lui a fallu six ans pour obtenir sa licence d’histoire – mais ne soyons pas mauvaise langue et voyons la suite).

Son objectif ? Jouer un rôle dans la campagne présidentielle de 2022. Car quand le virus de la politique vous prend, c’est pour la vie, et notre Manuel Valls, même éloigné à Barcelone, ne pouvait voir la France aux prises avec le coronavirus et le terrorisme sans se sentir appelé à la rescousse :

« Je ne suis pas candidat (…) mais je voterai toujours pour celui ou celle qui sera au deuxième tour et qui sera le plus en capacité, non seulement de battre Le Pen, mais de réconcilier le pays avec lui-même et de bâtir la coalition politique qui permettra de réunir ce pays. C’est ça, moi, qui m’intéresse. »

.
Comme l’épisode PS semble terminé pour lui, ainsi que l’affirme le chapitre « Adieu Solférino » de son dernier livre, et comme le Rassemblement national semble exclu de ses choix, on imagine sans peine que les oreilles d’Emmanuel Macron se mettent à siffler chaque fois que Valls pénètre sur un plateau-télé. Ses appels du pied en direction de la République en Marche sont gros comme une maison, mais pour une fois, il ferait presque preuve d’une certaine constance, même s’il s’agit pour l’instant d’une histoire d’amour non-partagé qui remonte à 2017.

À l’époque, Valls s’était engagé à soutenir le candidat vainqueur de la primaire de gauche avec d’autant plus de facilité qu’il pensait bien être ce vainqueur. Sévèrement battu par Benoît Hamon qui représentait le versant gauchiste du PS, il ne tarda pas à se rallier à Emmanuel Macron – qui ne dit mot.

Les élections législatives venues, il a vite compris que tout Premier ministre qu’il fut, l’étiquette PS risquait de ne pas suffire pour préserver son poste de député face à un candidat En Marche ! Ne doutant de rien, il est arrivé un matin sur RTL en assénant à la stupeur générale qu’il était candidat… de la majorité présidentielle pour les prochaines législatives.

Mais soudain, problème : au PS, il était menacé d’exclusion pour désertion, tandis que chez Macron, où l’on tenait beaucoup au renouveau et à la fraîcheur en politique, l’enthousiasme à l’idée d’accueillir un ancien Premier ministre de François Hollande en mal de siège de député n’était pas débordant, débordant. (vidéo, 01′ 14″) :

Finalement, Valls ne reçut pas l’investiture de LREM mais, petite concession macronienne, il n’eut pas non plus à subir la présence d’un candidat de ce mouvement en face de lui. Le voilà donc réélu député de la 1ère circonscription de l’Essonne, dans sa ville adorée d’Évry où il fut maire de 2001 à 2012 et où il assurait à ses administrés qu’il était profondément attaché à ce territoire, qu’il ne l’avait jamais abandonné même quand il assumait les plus hautes fonctions du gouvernement et qu’il serait toujours, toujours, toujours avec eux :

Les mois passent. De Premier ministre à simple député, c’est dur.

Manuel Valls entame une liaison avec une députée de la République en Marche (liaison qui précipitera son divorce d’avec la violoniste Anne Gravoin) mais Emmanuel Macron ne lui donne toujours pas signe de vie. Si l’on en croit le récit rapporté par Paris Match, en juillet 2018, le député de plus en plus esseulé demande audience auprès du Président. Il lui annonce son intention de quitter la France pour sa ville natale de Barcelone avec le secret espoir que Macron le retiendra, mais ce dernier ne relève pas.

Le moment d’écrire un nouveau livre est arrivé (il en a déjà une petite dizaine à son actif). Celui-ci, paru à l’automne 2018, s’appelle « Barcelona, vuelvo a casa » (Barcelone, je rentre à la maison). Tout l’amour politique dont Manuel Valls est capable se tourne maintenant vers la Catalogne où il brigue la mairie de Barcelone dont les élections municipales doivent se tenir en mai 2019. La France, la politique française, tout cela, c’est bien fini ; seule compte maintenant sa terre d’origine où il dit avoir enfin trouvé son équilibre et où il restera quoi qu’il arrive. « Je veux être le prochain maire de Barcelone » répète-t-il partout :

S’il s’imaginait que son aura de grand homme d’État venu de l’autre versant des Pyrénées allait lui ouvrir les voix et les cœurs des Catalans, eh bien c’est raté. Il a certes réussi à conquérir son épouse actuelle, Susana Gallardo, et celle-ci, ancienne tradeuse et héritière du groupe pharmaceutique Almirall, lui a ouvert pas mal de portes du côté du monde de l’entreprise. Mais au soir du scrutin, ce sont seulement 13,4 % des votes qui se sont portés sur son nom, le reléguant sans gloire au 4ème rang des prétendants. Hostile au courant indépendantiste, il se rallie à la maire sortante Ada Colau du parti d’extrême-gauche Podemos et se retrouve simple conseiller municipal de Barcelone.

Les mois passent. De Premier ministre à député puis de député à simple conseiller municipal à plus de 1 000 km de la capitale française, c’est dur.

Il y a urgence. Il faut trouver un moyen, un prétexte plausible de rentrer à Paris, en dépit de tout ce qu’il a pu dire auparavant sur sa dédication totale pour la Catalogne. Déjà il y a un an, il faisait resurgir dans la presse la petite musique de son inébranlable patriotisme envers sa toute nouvelle « seule patrie » :

« Je n’ai jamais abandonné ou oublié ce pays qui m’a tant donné. Et au-delà de mon amour pour la France, ma seule patrie, je veux dire simplement que si mon retour en politique n’est pas à l’ordre du jour, je ne manquerai jamais d’être utile aux Français. » (Le Parisien, 28 fév. 2020)

.
Et soudain, à l’automne 2020, c’est le déclic. La combinaison de la pandémie avec la décapitation de Samuel Paty lui donne l’occasion qu’il attendait. Comment rester en Espagne alors que la France souffre ? Du reste, avec leur loi sur les séparatismes et leur loi antiterrorisme, que font Macron et Darmanin si ce n’est du Valls dans le texte ? 

Aussitôt dit, aussitôt fait. La semaine dernière, Manuel Valls a annoncé qu’il allait démissionner de son poste de conseiller municipal de Barcelone pour se mettre à la disposition de la France. Se rendre « utile », son grand mot.

Quelle perte pour les Barcelonais ! Enfin, si l’on oublie la petite parodie grinçante que la chaîne publique catalane TV3 a imaginée en l’honneur de son départ (vidéo, 2′ 38″) ! On y voit un faux Manuel Valls déambuler dans les rues de Barcelone, se trompant sur les noms de lieux et se félicitant de rentrer en France pour retrouver l’adrénaline du pouvoir, n’importe quel pouvoir, pourvu que ce soit dans les ors de la République :

Parti pris d’un média qui soutient l’indépendance de la Catalogne comme Valls le souligne dans un tweet pour se dédouaner ? Peut-être. Mais Valls vient de la gauche et ceux qui le connaissent bien, pour l’avoir fréquenté depuis le début de sa carrière dans les arcanes de l’UNEF et du Parti socialiste, parlent de posture de pure com’ au service de son immense ambition. Écoutons Laurent Mauduit, journaliste de Mediapart, ancien des cercles trotskystes lambertistes, de la MNEF et de l’UNEF qu’il connaît bien :

« Cherchant systématiquement à prendre des positions décalées (NdNMP : 35 h, retraite à 60 ans), non pas dans une logique de conviction, mais de communication ou de marketing politique, il (Valls) ne rate aucune occasion de se distinguer et jouer de la provocation, dans le but de se faire un nom. »

.
Bref. Vous venez de lire un petit aperçu des tribulations d’un ambitieux sans qualités. Le plus désolant dans cette affaire, c’est que l’ambitieux sans qualités a été Premier ministre de la France – on ne risque pas de l’oublier, il le répète sans arrêt. C’est dire le haut niveau de notre personnel politique…


Il se trouve que j’ai vécu trois ans à Barcelone à l’époque des JO de 1992. J’ai réuni quelques souvenirs dans « Souvenirs et variations autour de la Sagrada Família » (29 octobre 2015).


Illustration de couverture : L’ancien Premier ministre Manuel Valls, Paris, mai 2021, Photo AFP.

13 réflexions sur “Manuel VALLS ou les tribulations d’un AMBITIEUX sans qualités

  1. La chaîne publique catalane TV3 qui parodie Valls est une TV dont l’ idéologie penche très très à gauche et qui de plus soutient l’ indépendance de la Catalogne. Autant dire que par sectarisme pur et dur elle moque uniquement ceux qui ne pensent pas correctement.

  2. Pour moi Valls c’est le rappel du calamiteux quinquennat de Hollande, un quinquennat marqué par des résultats catastrophiques à tous points de vue et par une raideur idéologique inégalée depuis mai 81. A part ça, c’est quelqu’un qui ne m’intéresse pas le moins du monde.

    Quant au journaliste de Mediapart que vous citez, il fait partie de cette extrême-gauche qui tire profit des faiblesses de Valls pour justifier un jusqu’au boutisme idéologique. L’idée c’est de faire croire que les errements du gouvernement Hollande sont dus au carriérisme de Valls. C’est faux, archi-faux. Les problèmes trouvent leur origine dans le logiciel étatiste et collectiviste du PS (santé, éducation, justice, police, etc.).

  3. Un peu dure pour Valls, c’était le seul bon choix de Hollande, un social-libéral, ce qui nous manque terriblement ici, depuis que DKS a succombé à ses frasques.
    Sur son échec aux primaires de la gauche, il ne faut pas oublier que cet échec est simplement dû au fait que les gauchistes se sont précipités en masse pour aller y voter, contrairement aux modérés du PS qui ne se sont pas déplacés, et le résultat a été la nomination du simplet Hamon. Qui s’est évidemment vautré à l’élection présidentielle.

  4. Pingback: Manuel VALLS ou les tribulations d’un AMBITIEUX sans qualités | Groupe Gaulliste Sceaux

  5. Franchement, je préfère les pastilles du même nom !
    Cela dit, votre article m’a bien fait rigoler.
    Valls moins, car il est comme 99% des politiciens professionnels : NUL
    Mais n’oublions pas que l’on a les hommes politiques qu’on mérite puisqu’on les a voté.

  6. Article rigolo un brin pathétique.

    « que font Macron et Darmanin si ce n’est du Valls dans le texte ? »
    Exactement, Valls fait du « en même temps » et deux qui feraient du « en même temps » présentent le risque d’être à contre cycliques. Je ne pense pas que Macron prendrait ce risque, il ne peut être que solo.

  7. Titre cruel mais article juste. Je trouve la vidéo de TV3 désopilante du début à la fin. Si ce personnage réussit son retour sur la scène politique française, ce sera un indice de plus de l’effondrement de notre classe politique. Macron aura réussi à éliminer toute concurrence.

    Ou alors (c’est mon côté idéaliste européen qui se réveille) ce sera le signe que l’intégration européenne progresse. Si des hommes politiques peuvent passer de Barcelone à Paris comme ils passent de Tulle à Paris, c’est peut-être que la frontière entre l’Espagne et la France compte à peine plus que celle qui sépare deux de nos régions administratives.

  8. Musil ressuscité, devenu biographe de valls, intitulerait son pensum : L’âne sans qualité(s).
    A quoi pense ce crétin, quand il est seul ? A rien. Quand il est seul, il n’y a personne.
    (inspiré d’un mot de Guitry et d’un autre, faussement attribué à Churchill à propos d’Attlee)

  9. BALLADE

    L’homme juste écrit où il veut !
    Au sommet des montagnes comme au pied des arbres
    Sur les pétales des orchidées et les encorbellements gracieux des sous-vêtements féminins
    Dans l’onde et dans l’azur
    Dans l’interminable quête de Rodrigue vers la fuyante Prouhèze.
    Partout où le Sage peut reconnaître l’intelligence de Dieu.

Répondre à Lionel Annuler la réponse.