Réformer la France : la méthode Macron peut-elle suffire ?

La France est un pays qui a crucialement besoin, depuis des années, de changer son logiciel « dépenses publiques – impôts – dette ». Extrêmes mis à part, tous les politiciens en parlent sans jamais y parvenir, parfois même sans jamais rien tenter pour y parvenir. Et Macron ?

Quand on se veut « ni de gauche ni de droite », quand on a cultivé le flou sur son programme électoral le plus longtemps possible pour n’effaroucher personne, quand on a surtout compté sur l’enthousiasme, la jeunesse et la nouveauté pour susciter l’adhésion et qu’on a fini par promettre qu’on allait libéraliser « et en même temps » continuer à jouer à l’Etat stratège et à l’Etat providence, quel niveau de réforme peut-on espérer faire aboutir une fois qu’on se retrouve au pouvoir ?

• Alors que les cinq ordonnances Travail signées par Emmanuel Macron en septembre dernier, et déjà en vigueur pour une large part de leurs dispositions, seront ratifiées prochainement par l’Assemblée nationale, un front syndical mollement rassemblé tentait hier une ultime journée de mobilisation pour dénoncer – c’en est presque pavlovien – « une politique libérale visant à accroître les inégalités au profit d’une minorité ».

Hier également, l’INSEE nous informait que le taux de chômage à fin septembre 2017 s’établissait à 9,7 % (9,4 % en métropole), en hausse de 0,2 points sur le trimestre précédent et en baisse de 0,3 points depuis le début de l’année. Comme la marge d’erreur est de +/- 0,3 points, on peut considérer qu’en dépit des hausses et des baisses qui alternent depuis plusieurs mois, notre taux de chômage n’amorce pas de véritable repli et reste imperturbablement accroché à un niveau qui oscille entre 9,5 et 10 % de la population active.

En outre, quand on se livre au jeu des comparaisons internationales – sur ce critère du chômage mais cela vaut également pour beaucoup d’autres, il n’y a pas vraiment lieu de se réjouir : selon les chiffres de l’Union européenne à fin août 2017, l’Allemagne est à 3,6 %, le Royaume-Uni à 4,3 % et les Pays-Bas à 4,7 %. Pourquoi pas nous ?

Les ordonnances Travail visent justement à alléger, simplifier et libéraliser notre code du travail afin de réduire les multiples freins à l’embauche qui paralysent les employeurs. Mais quoi qu’en disent Gérard Filoche, la France insoumise de Mélenchon et les syndicats les plus archaïquement obtus, elles n’ont rien de très libéral et ne sont guère radicales.

Concrètement, elles proposent surtout des petites retouches à la marge, bienvenues certes, mais dont l’impact sur l’emploi risque d’être très discret car aucun des points vraiment importants n’a été abordé de front, à savoir les 35 heures et le salaire minimum. De plus, si l’indemnisation du chômage que nous connaissons a des vertus protectrices, elle compte aussi parmi les plus généreuses des pays de l’OCDE. Ce n’est pas moi qui le dis, mais un rapport de la Cour des Comptes de 2016 sur les comptes de l’Unédic (voir page 6 du PDF). La motivation à retrouver rapidement du travail en est forcément affaiblie.

Le Projet de loi de finances ou PLF 2018 est un autre bon exemple du décalage gouvernemental permanent entre les bonnes intentions annoncées et les politiques effectives. Alors que les niveaux de notre dépense publique (57 % du PIB), de nos prélèvements obligatoires (45 % du PIB) et de notre dette publique (96,5 % du PIB fin 2016) ont atteint l’insoutenable, alors que le gouvernement a annoncé vouloir « baisser en même temps la dépense publique et les impôts pour plus de croissance et plus d’emploi », on aboutit finalement pour 2018 à une augmentation des dépenses et des prélèvements en euros constants de 0,5 % et 1 % respectivement.

Et ce n’est qu’un budget, c’est-à-dire un exercice limité à des nombres qui s’alignent gentiment sur le papier. L’expérience montre, et a montré encore tout récemment, que les dépenses françaises ont la désespérante habitude de déraper tant on préfère maintenir la paix sociale à coups de promesses financières hâtivement sorties d’un chapeau (une prestidigitation qui s’appelle impôts et dette supplémentaires) plutôt que de tenir un discours de vérité aux Français.

• La bonne politique serait en effet de « baisser en même temps la dépense publique et les impôts pour plus de croissance et plus d’emploi » (comme annoncé et pas tenu par le gouvernement), et ce serait de le faire dans des proportions significatives pour que les sommes restituées aux acteurs économiques via une forte baisse des prélèvements aient un impact notable en matière de consommation et d’investissement.

Comme il n’est pas forcément simple d’ajuster parfaitement le « en même temps », la question se pose de savoir s’il faut commencer par baisser les dépenses puis seulement ensuite les impôts ou s’il faut d’abord relancer la machine en baissant fortement les impôts et les cotisations sociales (choc fiscal), quitte à aggraver le déficit pendant un ou deux ans, et ensuite baisser les dépenses (c’était l’option initiale de François Fillon).

Dans les circonstances particulièrement tendues des comptes publics de la France, aucune des deux options n’est très satisfaisante pour un homme politique. La première, la plus orthodoxe, est celle qui a ma faveur car ce sont bien d’abord nos dépenses effrénées qui nous poussent à l’impôt puis à la dette. Elle correspond à ce qu’on appelle avec horreur « l’austérité » – une austérité qui vient après des années d’argent jeté par les fenêtres, mais peu importe, c’est de l’austérité et ça suffit à vous classer dans la catégorie des très méchants.

Il y aurait pourtant des choses simples à faire, comme par exemple geler les embauches de fonctionnaires et ne pas remplacer les partants pendant une certaine période et exiger de ceux qui sont en poste qu’ils effectuent leurs horaires complets et réduisent leur absentéisme mirobolant.

La seconde est plus simple à mettre en oeuvre sur le plan social – encore qu’en France toute baisse d’impôt est analysée comme un « cadeau aux riches », même quand elle concerne les classes moyennes. Elle est également risquée car dans un premier temps elle accroît la dette à un moment où l’on s’attend à ce que les taux, absurdement bas actuellement, remontent. De plus, elle devient compliquée à défendre vis-à-vis de l’Union européenne (UE) car la France recule depuis plus de cinq ans le moment de repasser sous les 3 % de déficit.

Mais le principal obstacle, depuis toujours, reste que les Français ne veulent pas entendre parler de changer quoi que ce soit de fondamental dans nos structures. Seul un incroyable effort de parler vrai et de pédagogie pourrait amener une majorité d’entre eux à s’y rallier. Or ce n’est pas ce que les dernières élections ont montré, bien au contraire.

En réalité, chaque jour qui passe rend l’adoption de l’une ou l’autre méthode (ou, mieux, des deux en même temps) de plus en plus nécessaire, mais également de plus en plus douloureuse et de plus en plus périlleuse à présenter à l’opinion publique tant la tâche à accomplir augmente à mesure qu’on ne fait rien. Or jusqu’à présent on n’a pas fait grand chose, d’où notre dette proche des 100 % du PIB, « inexplicablement » accompagnée d’un taux de chômage beaucoup trop élevé et d’une croissance toujours à la traîne des autres pays européens.

Mais de toute façon, comme le montre le PLF 2018, Macron ne s’est engagé ni d’un côté ni de l’autre, ni séparément ni en même temps. Aucun choc fiscal n’est à l’ordre du jour, aucune redéfinition approfondie du périmètre et des missions de l’Etat n’est à l’étude, aucune remise en cause de notre Etat providence ultra protecteur n’est envisagée. Pour être tout à fait exact, Macron a bien tenté un mini choc fiscal, surtout en direction des valeurs mobilières, mais comme les baisses (ISF, taxe d’habitation, cotisations sociales…) sont plus que compensées par des hausses (CSG) on se retrouve dans une situation quasi inchangée par rapport aux années précédentes.

• Il y a environ un mois, l’INSEE a revu à la hausse sa prévision de croissance pour 2017 de 1,6 % à 1,8 %. De son côté, le gouvernement a inscrit 1,7 % dans le PLF pour 2017 et 2018, en espérant faire mieux. Il n’en fallait pas plus pour que toute la presse en extase souligne à quel point « Emmanuel Macron entame son mandat avec une ligne bleue à l’horizon. »

Il est certain que 1,8 % de croissance en 2017 et 2018, ce sera nettement mieux que les 1,1 % qui ont été obtenus en 2016. Mais cette façon de voir les choses a l’inconvénient de masquer à quel point la France se contente de peu.

L’Union européenne a publié la semaine dernière ses prévisions économiques d’automne. Notamment, la croissance dans l’UE devrait être de 2,3 % en 2017 et 2,1 % en 2018. Le taux de chômage continue de baisser : il tombera à 7,8 % cette année, puis à 7,3 % et 7 % en 2018 et 2019.

Quant au déficit public moyen dans la zone euro, il n’a jamais été aussi bas : 1,1 % en 2017, pour baisser jusqu’à 0,9 % et 0,8 % les deux années suivantes.

Or on voit sur la carte ci-dessus que la France fait partie des pays qui auront la croissance la moins élevée. L’UE table sur 1,6 % et non pas sur les 1,8 % retenus par l’INSEE. Quant aux chiffres de dette et de déficit, ils restent accrochés à 96,9 % et 3 % respectivement jusqu’en 2019. La Commission européenne considère de plus que les efforts structurels annoncés par la France sont insuffisants.

Un chef d’entreprise à qui je m’ouvrais de ma déception à propos de la réforme du code du travail m’a répondu en substance : « Eh bien moi, j’y crois. En termes de mesures, ce n’est peut-être pas beaucoup, mais tu négliges le fait que c’est toute une mentalité anti-entreprise qui est en train de changer. Un vent de liberté souffle sur la France, c’est complètement nouveau et c’est énorme ».

C’est possible, et Emmanuel Macron n’a certes pas négligé de faire passer dans ses discours enflammés une sorte de « choc de confiance » façon « Yes we can » destiné à redynamiser le moral des Français et les placer face à un avenir ouvert où tout devient possible plutôt que de les confronter directement aux affres du déclassement qui nous guette petit à petit.

Mais je doute que cela soit suffisant pour enclencher un cercle économique vertueux dans lequel chacun se mettrait à envisager l’avenir avec optimisme et agirait en conséquence sur la base des seules assurances verbales du Président. Car malgré tout le charisme d’Emmanuel Macron pour nous faire « penser printemps », malgré des déclarations souvent justes et bien orientées, les chiffres sont têtus et les actions concrètes du gouvernement sont minces. 

Le « choc de confiance » est nécessaire, mais personne ne pourra prétendre réformer vraiment la France sans avoir cherché aussi à rassembler les Français sur la nécessité (douloureuse, à coup sûr, plus on tarde) d’engager des coupes profondes dans notre administration pléthorique et notre système social étouffant. Pour l’instant, si ce sont des discours qu’on entend, ce n’est pas ce qui se fait. Reste à compter sur la croissance mondiale pour nous garder la tête hors de l’eau.


Illustration de ouverture : Emmanuel Macron pendant la campagne électorale présidentielle (2016) – Photo Reuters.

17 réflexions sur “Réformer la France : la méthode Macron peut-elle suffire ?

  1. Le problème de cette éternelle complainte c’est que les dépenses publiques sont les revenus de ceux à qui elles sont commandées. In fine, ces dépenses et les revenus correspondants se retrouvent, indirectement en services rendus, et directement dans les comptes bancaires des individus et des ménages. La France a fait le choix d’une structure sociale où l’éducation, la santé, la justice, la sécurité et les grandes infrastructures sont assurés de manière collective. C’est bien cette structure sociale que vous mettez en cause. Je ne crois pas que le pays changera de modèle car c’est dans l’ADN des français, ce qui est conforté par l’histoire. C’est dans l’efficience et l’efficacité qu’il faut agir et contre les doublons et gaspillages; ce qu’on appeler agir à la marge. Mais ce faisant, vu l’ADN de la France, cette action servira à faire plus avec autant, plutôt que égal avec moins. Rest que dans l’état actuel des choses, le statu quo c’est 9.5% de chômeurs catégorie A et 18% de sous emplois (toutes catégories prises en compte). C’est ce que certains économistes appellent le NAIRU.

    J'aime

    • La contraction de votre post donne: la France est un pays collectiviste, pour ne pas dire communiste dans son ADN (avec 57% de dépenses publiques on n’en n’est pas loin!) et ensuite, seules des actions à la marge seront acceptées par les français pour réformer ce pays et réduire ses gaspillages étatiques et sociaux. Mais le monde change à une vitesse exponentielle: mondialisation, robotisation, intelligence artificielle et la France n’a plus le temps… La situation française s’apparente de plus en plus à un malade en arrêt cardiaque qu’on essaye de soigner avec des remèdes homéopathiques… Bientôt le médecin pourra prononcer le décès du malade…

      J'aime

  2. Un petit espoir tout de même, la politique sociale des dix dernières années serait considérée comme injuste et peu satisfaisante d’après un sondage de Libération :
    http://www.liberation.fr/politiques/2017/11/13/reformes-une-majorite-de-sondes-se-disent-perdants-l-executif-reste-confiant_1609835
    Personnellement je reste convaincu qu’il faut d’abord relancer la machine en baissant fortement les impôts et les cotisations sociales (le choc) quitte à augmenter temporairement la TVA pour contenir l’aggravation du déficit. Relancer la machine c’est d’ailleurs l’espoir de meilleures recettes fiscales.
    Cela a été maintes fois constaté ailleurs. De plus, moins de recettes budgétées imposent moins de dépenses et donc des choix réformateurs. C’est fou comme les élus (hors toutes considérations d’appartenance politique) déploient de l’intelligence à faire des économies seulement lorsqu’ils ont moins de moyens financiers. L’exemple en cours du département du Rhône amputé par la création de la métropole de Lyon, est sur ce point assez significatif :
    http://www.le-pays.fr/lyon/politique/2016/01/28/departement-du-rhone-un-budget-sincere-pas-facile-a-faire-selon-le-president_11757082.html
    http://www.rhone.fr/departement/budgets/budget_2017
    Seule la contrainte budgétaire démocratiquement consentie pourrait en douceur, nous sortir de l’impasse sinon ce sera violemment (avec tous les risques que cela suppose) qu’elle sera autoritairement infligée par le FMI, ce qui semple malheureusement nous attendre.

    J'aime

    • « De plus, moins de recettes budgétées imposent moins de dépenses et donc des choix réformateurs. »
      J’ai pourtant l’impression que ça n’a jamais arrêté un politicien pour dégainer une garantie jeune ou un pass culture … 🙂

      J'aime

      • Moins de recettes budgétées = moins d’impôts.
        Non plus il faut qu’un politique ait le courage de le faire, j’en conviens.
        Même Mme Thatcher l’a fait sous contrainte du FMI !

        J'aime

  3. @pratclif62
    Vous avez très bien posé le problème. La solution est de « privatiser le secteur non régalien ».
    En effet d’une part substituer la dépense privée à la dépense publique ne modifiera pas le niveau de revenus de ceux qui l’auront commandée et d’autre part chacun sait que le privé est plus efficient et efficace, qu’il agit mieux contre les doublons et le gaspillage, ne serait-ce que parce que c’est son propre argent qu’il dépense.

    Aimé par 1 personne

  4. Qu’attendre d’un pays où tant de politiciens de la droite « respectable » ont des indulgences coupables envers la Russie ? La Russie, non seulement c’est l’URSS avec quelques changements (et certains dans le mauvais sens), mais c’est, surtout, la France en plus grave.

    En Russie aussi, la fonction publique constitue le seul débouché acceptable, en dehors du bizness mafieux connecté au Kremlin (version locale du capitalisme de connivence). En Russie aussi, les dirigeants méprisent profondément le peuple, n’hésitant pas à sacrifier son bien-être au profit de la seule chose qui leur importe : leur maintien au pouvoir.

    J'aime

  5. Les réformes sont cosmétiques, mais les relèvements ou les créations de taxes sont toujours là, bien vivantes.

    Le tableau de l’INSEE montrant la hausse du nombre de fonctionnaires et l’effondrement du l’emploi industriel nous rappelle que la création des premiers nuisent à la conservation des seconds. Il devient urgent que la fonction publique ne concerne que le régalien, seul domaine où l’Etat est légitime.

    Aimé par 1 personne

  6. Pingback: La réforme Macron suffira-t-elle à sauver la France ? | Contrepoints

  7. Même si je souhaite que Macron réussisse pour ce pays, il va échouer. L’étatisme (un énarque ne sait faire que ça), le multiculturalisme, le culte de LGBT au détriment de la famille, le refus de l’identité française, la dépense publique glorifiée et l’augmentation des impôts et taxes ne peuvent mener qu’au désastre auquel il faut ajouter la capitulation dans une Europe dirigée par les usa prônant la globalisation. Macron nous y mènera et ce sera un désastre. D’accord c’est pessimiste et j’en ai tiré les conséquences en m’installant avec ma famille définitivement en Asie.

    J'aime

  8. Une petite satisfaction, tout de même, dans cet océan de pessimisme : Gérard Filoche vas se faire lourder du PS pour antisémitisme manifeste…

    http://www.lefigaro.fr/politique/2017/11/18/01002-20171118ARTFIG00103-le-ps-engage-l-exclusion-de-gerard-filoche-pour-un-tweet-anti-macron.php

    Voir même ses potes socialistes mettre à la porte ce propagandiste enragé de l’étatisme et de la fonction publique, ce fossoyeur de l’entreprise privée, ce militant communiste maquillé en inspecteur du travail, ce n’est pas pour me déplaire.

    Bon, il est en fin de carrière, et il a eu toute sa vie pour faire les dégâts que l’on sait, mais vieux motard que jamais.

    Ce que j’ai bien aimé, c’est sa réaction : ben quoi ? elle est parfaitement banale, cette caricature… C’est bien le problème, gros cochon… Et puis aussi : je suis fondateur de SOS Racisme. Voilà : il est dans le camp du Bien, donc il a le droit de faire ce qu’il interdit aux autres. Et encore : j’ai vérifié la source, elle est « bad » (en français dans le texte), donc j’aurais pas dû, je m’esscuse. Et en effet : il semble qu’Alain Soral ait publié la même image, donc à partir du moment où ça vient de l’extrême droite, ça devient nauséabond par définition.

    Ces gens-là s’incriminent eux-mêmes à trois cents à l’heure, et ils ne s’en rendent même pas compte…

    J'aime

    • On va voir si le PS va aller jusqu’au bout. Ce n’est pas la première fois que le sieur Filoche, grand twitteur fou, est menacé d’exclusion. Déjà au moment de la mort de Margerie (Total) :

      A quoi Mélenchon (toujours les mêmes !) avait répondu :

      Mais finalement, le PS l’avait gardé !!!
      Là, on va voir si le 2P2M hyper voyant avec Soral va pousser le PS à s’aligner sur ses propres critères de camp du bien auto-proclamé.

      (Tout sur Gégé Filoche : https://leblogdenathaliemp.com/2016/03/17/gerard-filoche-et-la-loi-travail-touche-pas-a-mon-code/)

      J'aime

      • Je ne résiste jamais à l’envie de rappeler le pedigree collector de ce monsieur: Gérard Filoche est un homme politique français de gauche, membre de l’UNEF, de la CGT, membre de l’Union des étudiants communistes, du Parti communiste français puis de la Ligue communiste, de la LCR, puis du Parti socialiste, né à Rouen le 22 décembre 1945 d’un père cheminot et d’une mère aide-soignante. Il est également connu pour son métier d’inspecteur du travail et ses livres sur Mai 68 et sur le droit du travail.

        Seul point positif, il a évolué de l’UNEF – CGT – PC au PS. Attendons encore quelques années et il sera au FN… Magnifique exemple de parasite, sangsue ou doryphore (vous choisissez…) ayant toujours vécu des deniers publics en crachant sur ceux aux dépens desquels il vit.
        Et maintenant il donne dans le point Godwin et l’antisémitisme.
        C’est bien ce que j’écrivais il y a deux ans… Il va finir au FN …

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s